Enduits

Des enduits fins, très fins.


enduit finAutant le dire tout de suite, il n’y a pas de définition claire de l’expression “Enduit fin”
. Certains désignent par “enduit fin” un enduit qui fait entre 5 et 8 mm d’épaisseur, mais dans ce cas c’est tout simplement un enduit de finition.

Ma définition de l’enduit fin est différente : 

Je désigne par enduit fin un enduit dont l’épaisseur se règle sur l’épaisseur du grain de sable. La charge (le sable) peut-être du marbre concassé ou du sable à sabler double zéro ou triple zéro dont les grains sont inférieurs à 0,25 mm mais quel est leur intérêt ? …

Stucs en stock

stuc mobile

Le stuc c’est la star. Avec lui on copie l’aspect lisse et brillant du marbre.

A l’origine c’est le Marmorino composé de 1 volume de chaux en pâte et 1 volume de marbre concassé, sans adjuvant. Le stuc que je vous propose de réaliser sera adjuvanté mais avec des produits sains (non dérivés du pétrole).

Avec cette formule vous maîtrisez la fabrication d’un stuc pour un prix dérisoire. Vous le teintez comme vous voulez et vous avez un produit sain qui ne pollue pas l’air de votre maison. …

COULEURS TERRES en façade

Vidéo1
Vidéo 1/2 – (16mn)

.

Qui n’a pas admiré la couleur des terres naturelles
sur les façades anciennes ?

.

.

 

Vidéo2
Vidéo 2/2 – (10mn)

Et toujours la même question : Pourquoi ces terres sont elles aujourd’hui absentes des façades ?

Les enduits industriels ou les peintures copient ces teintes mais il y manque “un presque rien” un “je ne sais quoi” qui fait toute la différence entre les couleurs des vraies terres et les pâles copies.

L’oeil ne s’y trompe pas.

Si vous êtes convaincus de l’intérêt esthétique des terres naturelles prélevées dans l’environnement, nous allons voir quelques techniques qui permettent de redonner aux enduits composés de chaux et de sable, les nuances des terres naturelles.

Je n’aborde pas ici la question des enduits à la terre, ni la question des enduits sur les murs en terre crue. C’est une autre question que de nombreux constructeurs en terre crue connaissent mieux que moi. Vous trouverez des informations sur le site de ATOUTERRE.
 

Enduire ou rejointer et laisser le mur à nu ?

Trois articles liés à lire de préférence dans cet ordre :

1 – “Murs, murs

2 – “Enduire ou laisser le mur à nu

3 – “Des joints de caractère“.

Qui voudrait cacher ces matériaux ?
Qui voudrait cacher ces matériaux ?

C’est le “To be or not to be” de la façade. Etre ou ne pas être à nu ? On se pose souvent cette question quand les travaux approchent.

Sous l’enduit il y a des pierres, des briques, un pan de bois, de la terre crue, parfois du plâtre. Le moment est venu de décider. Allons nous enduire ou laisser ces beaux matériaux apparents ?

Nous allons voir qu’il faut commencer par regarder en face nos à préférences, nos “à priori”. Nous avons envie de voir le mur, la richesse d’aspect des matériaux d’origine, mais nous savons aussi que l’enduit apporte une protection parfois indispensable. Alors que faire ? To be or not to be ?

Un enduit adapté aux supports anciens : Portrait robot

titre

Quand j’ai commencé à travailler sur les façades des centres anciens j’ai cherché comme tout le monde des informations fiables et à l’évidence il y en avait peu.

Les artisans qui maîtrisent ces techniques écrivent rarement et ceux qui écrivent, en général ne pratiquent pas.

A propos des enduits un principe était énoncé systématiquement “il faut adapter l’enduit au support ancien“. Les évidences c’est bien mais savoir comment les mettre en pratique c’est mieux.

J’ai alors proposé une recherche pour répondre aux 3 questions soulevées par cette phrase :

  • Quels supports ? => Comment caractériser les supports anciens ?
  • Quels enduits ? => Caractériser les enduits anciens qui ont bien tenu pour savoir quels enduits faire aujourd’hui.
  • Quel rapport rechercher entre les caractéristiques du support et celles de l’enduit ?

Cette recherche a permis d’établir le “PORTRAIT ROBOT D’UN ENDUIT ADAPTÉ AUX SUPPORTS ANCIENS”.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Les enduits graissés

Un enduit graissé ne se voit pas tout de suite. On peut le confondre avec un stuc usé qui aurait perdu son brillant.

Pour le reconnaître il faut s’approcher, regarder de prés, de très prés. Les grains de sables affleurent à peine pris dans une gangue difficile à rayer avec l’ongle.

L’enduit graissé, comme le badigeon usé laisse affleurer les grains de sable de l’enduit.

Les badigeons aussi laissent parfois affleurer les grains de sable, plus ou moins, à un moment de son érosion le niveau du badigeon est le même que celui de l’enduit graissé ; à fleur des grains de sable, mais sous l’ongle le badigeon est plus tendre.

Les enduits fouettés au balais

De nos jours, les enduits fouettés s’observent principalement en milieu rural et dans certaines cours intérieures des îlots des centres anciens. Autrement dit en tout lieu où, souvent faute d’argent, on a oublié de les remplacer par un enduit ciment au cours du XXème siècle.

Les enduits à la chaux revenant tout à la fois sous forme de mode et d’évidence technique, nous prêtons à nouveau l’oeil aux vieux enduits à la chaux, parmi lesquels les enduits fouettés.

Nous allons voir quelles sont leurs particularités, leurs emplois, leurs aspects de finition.

 Sommaire

1. Rôle des enduits fouettés

2. Reconnaître un enduit fouetté

3. Décors associés

4. Dosages

5. Matériaux utilisés

6. préparation du mortier

7. Application de l’enduit

8. Exemples de mortiers

9. Exemples d’applications

.

Choisir un enduit à la chaux

On attend d’un enduit qu’il décore et protège durablement les murs, mais quel enduit ? Est-il adapté au support et quelle finition choisir ?

Un enduit de plus de 2000 ans à Délos.

.

Quelles différences entre un enduit prêt à l’emploi et un enduit réalisé par le maçon sur chantier ?

Dans quelles situations faut-il préférer un enduit à la chaux ou au ciment ?

Dans cette fiche conseil nous avons essayé de répondre à ces quelques questions quand les travaux concernent le bâti ancien.

(Sommaire détaillé à la fin de la fiche)

.

DIAGNOSTIQUER / CHOISIR / RÉALISER Pour faciliter la prise en compte de ces recommandations nous vous proposons un parcours en 3 étapes.

.

1ère étape – DIAGNOSTIQUER : On part d’une situation réelle, votre chantier. Quel est l’état et le type de support ? Cet état des lieux doit vous permettre d’évaluer les désordres et les travaux adaptés.

.

2ème étape – CHOISIR : Des choix techniques ou esthétiques se posent. Nous pointerons les avantages et inconvénients des différentes solutions.

.

3ème étape – RÉALISER : A partir des recommandations de cet article vous avez choisi un enduit adapté à votre situation, un aspect de finition et un mode de coloration. Dans la fiche conseil “Réaliser un enduit à la chaux” nous décrirons les étapes de la réalisation d’un enduit à la chaux adapté au bâti ancien et réalisé sur chantier par le maçon.


%d blogueurs aiment cette page :