Demandez le programme

choix 0 joints2013 année de rodage, de prise en main du blog, avec divers articles spontanés.

Je vais encore me laisser aller au plaisir d’écrire au fil des chantiers et de mes lubies, mais je vais essayer aussi de mener à bien un thème.

En 2014  je vais aborder “Le mur et son enduit”. Je vous vois déjà alléchés par le sujet mais patience, voilà le menu par le menu avec les plats, petits et grands, qui vous attendent.

LE MUR tout d’abord. On part de lui (on n’a pas le choix) mais à regarder de plus près il n’est pas aussi passif qu’il en a l’air. On savait qu’il avait des oreilles. On va aller voir ce qu’il a dans le ventre.

Autrement dit … les types de murs, les matériaux qui les composent et leur arrangement, le mortier de hourdage,  l’aspect du mur et pour finir son état.

On parlera aussi en passant des fonctions du mur, des relations à son environnement, le sol et le ciel, avec l’eau qui partout menace.

.

LE DIAGNOSTIC c’est l’étape transitoire entre ce qui est là aujourd’hui et ce qui sera là demain. Mauvais “diag”, mauvais lendemains. On a souvent le résultat final en tête, sans prendre en compte le point de départ. L’état actuel peut pourtant nous aider à écarter les solutions inadaptées et à choisir les meilleures.

.

LAISSER LE MUR A NU OU L’ENDUIRE ?

L’enduit est là ou il n’y est pas, pour des raisons bonnes ou mauvaises. Doit-on laisser le mur à nu ou l’enduire ? Raisons techniques et esthétiques se disputent dans nos têtes embrumées. Pierres à nu ou pierres apparentes, des critères existent comme des repères dans la brume. Les débats idéologiques ne sont jamais loin dans ces questions  architecturales, techniques et esthétiques.

 On connaît le support, le point de départ et le point d’arrivée, le fameux “enduit 3 couches”, mais avant il faut choisir des sables, des liants et un dosage.

.

CHOISIR LES CHAUX ET LES SABLES … au fait ! Les sables que je trouve sont ils équilibrés ou trop cru ou trop gras ? Comment faire un bon sable à partir de deux mauvais ?

Maintenant on a tout. Le mur restauré et débarrassé de l’enduit ciment un temps à la mode. Les sables qui marchent à la baguette et les chaux toujours prêtes à lier tout ça … mais au fait, avec quel dosage ?

.

LES DOSAGES c’est comme les recettes, indispensables et insuffisants. Il en faut et il faut aussi savoir les adapter, goûter avant de faire tout le plat. Goûter pour le maçon ça se dit “essayer”, “tester”, “faire des échantillons” en un mot jeter la théorie sur le mur d’un coup de truelle énergique et voir comment elle réagit sous la taloche. C’est le moment de vérité, le moment d’observer, de voir et de comprendre ce que l’on voit, pour en déduire ce qui va et ce qui ne va pas, ce qui manque ou ce qui est en trop. A ce moment le maçon peut régler le mortier, le corriger, tester la recette corrigée et la valider.

On a vraiment tout : Un support prêt, les bons matériaux et un mortier validé. On liste les étapes du travail pour savoir où l’on va, et on y va.

.

LES ETAPES DU TRAVAIL 

Si on récapitule les étapes précédentes ça donne ce plan d’attaque …

LE DIAGNOSIC

  • Je caractérise mon mur (matériau hourdé / mortier de hourdage / infiltrations d’eau)
  • Je décide d’enduire ou je laisser le mur à nu ?
  • Etat de l’enduit actuel, intérêt technique ou esthétique ?
  • Piquer l’enduit ou le garder ?

LA PREPARATION

  • Sables disponibles, équilibrés, crus ou gras ?
  • Tester les sables et les associer
  • Choisir le liant en fonction de la couche et du support
  • Choisir le dosage des joints, du corps d’enduit et de la finition. Tester si besoin.

LA REALISATION

  • Restaurer le support : Piquer les vieux enduits, remailler le mur, regarnir les joints sera la première étape
  • Appliquer le gobetis
  • Appliquer le corps d’enduit
  • Appliquer la finition d’enduit

 

et en complément …

QUELLE FINITION POUR MON ENDUIT ?

 

 

 

 

Si vous avez aimé, vous pouvez partager avec ....
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour saisir un commentaire c'est ici ⤵

%d blogueurs aiment cette page :