Futurs thèmes à traiter

Petite liste des sujets qui seront abordés dans ce blog

Si vous avez une préférence, merci de laissez un message pour me dire quels thèmes vous intéressent en priorité.

Les supports anciens.

Refaire l’enduit ou le conserver ?

Les chaux aérienne, hydraulique, en pâte, en poudre … différences et emplois.

Choisir un sable et le corriger

Les adjuvants sains, non dérivés du pétrole.

Les enduits talochés (taloche bois, éponge, sables variés)

Les terres naturelles (les ramasser, les préparer, les utiliser)

Les Mortiers d’assainissement

L’humidité : Gérer les eaux de pluie.

L’humidité : Sols ventilés

Quelles couleurs pour ma façade ?

Couleurs de l’environnement

Couleurs rapportées et culture “locale”

Couleur des menuiseries et ferronneries

Les décors de façade

Pierre de taille : Décaper une pierre peinte

Pierre de taille : Reminéraliser

Pierres de taille : Mortiers de maçon pour les reprendre

Pierres de taille : Mortiers industriels pour les reprendre

Pierre de taille : Patines à la chaux ou patines silicates pour pierres de taille

A suivre …

.

Et n’oubliez pas de me dire dans les commentaires ci-dessous

les thème qui vous intéressent, en rapport avec le blog.  

Ca m’aidera à le compléter

MERCI

Si vous avez aimé, vous pouvez partager avec ....
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

12 réflexions sur “Futurs thèmes à traiter”

  1. bonjour voila j ai un mur en brique terre cuite qui avait un crépi mais a prix beaucoup d eau et c est decolé alors j ai tout arracher mais le probleme est que les brique est poreuse et s effrite qui fait des tros comment faire pour solidifié les brique avant de refaire un ravalement moi je contais faire un gobeti est ce assé merci de votre comprehension cordialement

    1. En général on purge les briques qui ne tiennent pas, on applique un gobetis puis un enduit. Sinon demandez à un fabricant de silicate comme Keim s’ils ont un silicate prévu pour reminéraliser les briques.

  2. Bonjour,
    Le farinage, un thème l’a peut-être abordé mais je n’en pas trouvé trace.
    J’utilise de la chaux aérienne en pâte à toutes les étapes de la construction en mélange en fonction des besoins avec plus ou moins de liant hydraulique complémentaire (… parfois du CEM II …), cela va du mortier de hourdage, à toutes les couches d’enduit en passant par les bétons de chanvre et plus récemment le hourdage des claveaux d’une voûte arc-brisé.
    Et le phénomène est systématique, au dela de 2 cm. d’épaisseur avec une teneur en CL90 pâte supérieure à 60 % cela farine au-dela du premier centimètre quel que soit le soin apporté à la granulométrie des sables, la protection de l’ouvrage contre la dessiccation etc.
    Or dans mes démontages successifs de murs anciens réalisés à 100 % avec de la CL90, les mortiers parfois très épais certes très friables ne farinent pas.
    Y a t’il quelque chose que je puisse modifier à mes façons de faire ?
    Cela fait bientôt 15 ans que je reproduit cette erreur. (Ah oui tout de même 😉
    Cordialement.

  3. bonjour
    je lis avec soin toutes vos recommandations concernant l’utilité de la chaux hydraulique sur les maisons anciennes .
    j’ai moi même une maison dans le CHER qui ( comme toutes les maisons d’ailleurs dans cette région ) repose à même le sol sur un terrain argileux ( sans cave ni vide cave ) , j’ajoute que cette bâtisse date de 1898 et commence a avoir besoin d’un sérieux coup de ” chaux ” sur ses façades .
    j’ai pu constaté que par certains endroits , il semblerais qu’elle ait subie des petits travaux de façade ( surtout sur les soubassements ) mais comment savoir si ils ont été fait dans les règles d’art , c’est a dire à la chaux ou au mortier de ciment ???? comment reconnaitre la différence entre ces deux mortiers ?
    Et ma dernière question serait : combien de temps faut t’il laisser entre les 2 prises ( gobétis et enduits pour un mortier de chaux )
    Merci de votre réponse et bonne continuation

    1. Bonjour
      En général le ciment est plus gris et plus dur que la chaux. Il est aussi moins poreux. Entre le gobetis et le corps de 7 à 10 jours. Le gobetis ne doit pas former une couche, seulement une salissure pour faciliter l’accroche du corps d’enduit.

  4. Salut
    Je sais Luc que tu ne peux pas transmettre tout sur tous les thèmes, et ce que tu fais est déjà magnifique, mais permets moi de te poser des questions en rapport avec le rejointement et le redressement des murs. Première question, si l’on remplit avec un mortier de chaux hydraulique 3.5 un joint dégarni profondément, la carbonatation se fera-t-elle correctement (sans beaucoup d’air); ou, en le formulant autrement, peut on réaliser des très grosses couches d’enduits pour limiter le nombre de couches quand on a un mur à redresser (car pour des épaisseurs de 8 ou 10 cm cela prend un temps fou de redresser un mur à coup de couches d’enduit de 2 ou 3 cm !). Deuxième question, que se passe-t-il s’i l’on enfreint la règle qui dit qu’une couche doit être de plus en plus maigre (moindre teneur en chaux) dans un enduit à plusieurs couches ? En faisant par exemple des couches successives contenant le même rapport chaux/sable ? ou bien en intercalant (par erreur) une couche plus grasse au milieu de 2 plus maigres, … ou le contraire ? Merci pour tes réponses !!

    PS. C’est dur ton système: si on se trompe dans le petit problème mathématico-anglais, on doit recommencer tout son commentaire

    1. Bonjour Christophe
      Oui avec la NHL 3,5 la prise se fera et même si la partie de prise aérienne de la NHL (environ 1/3 de la résistance) se fait mal, les 2/3 suffisent largement. Pour charger plus vite tu as intérêt à prendre une charge grosse (par exemple la pierre concassée de Pignan qui est du 0/10 (jusqu’à 10mm) et si besoin d’ajouter une poignée ou 2 de ciment prompt dans la gamatte. A cette dose le prompt ne diminue pas la porosité du mortier de chaux.
      La dégressivité du dosage ne s’applique pas si tu fait de la charge de même formulation. Quand tu as des trous à boucher, toujours planter des morceaux de pierres ou de terres cuites (tuiles cassées) dans le paquet de mortier. Regardes cette photo (avec des briques de ce mortier qui a plus de 2 000 ans, pris en photo à Délos)

      Pour le système du blog, désolé mais je ne maîtrise pas ces paramètres de WordPress).
      A bientôt et n’hésites pas si tu as d’autres questions. c’est bien de les poser dans le blog plutôt qu’en privé car ça peut servir à d’autres auto-constructeurs comme toi.

  5. Merci. j’enverrai des photos. en attendant, une autre question. Il y a 15 ans, j’ai entendu dire par un vieux monsieur de Maisons Paysannes de France, que la CAEB se conservait dans l’eau. Dans le vocabulaire de ce blog: de la chaux “mouillé”. Pratique quand même et économique, notamment pour des chantiers durables et fragmentés. Mais comment doser? Car elle n’a pas la qualité de la chx en pâte ni la consistance de la chx en poudre. Et quand on est obligé de suivre des recettes, on nage un peu. Il me reste un fond que j’ai “mouillé” il y a qqs années, elle était vendue dans un sac blanc avec du noir et du vert, étiqueté CL 90-NF P 15-311. Ce fond, toujours couvert d’eau depuis, est devenu assez dur. Je viens de le malaxer avec un mixer, cela redevient une pâte à crêpes mais difficilement. J’ai lu qqpart qu’il suffit de mettre la chaux dans l’eau quand on veut savoir si c’est de la “fleur de chx” ou de l’hydraulique car la cette dernière durcit. Est-ce à dire que ma chaux est une hydraulique, contrairement à ce qui était marqué sur le sac? Si elle redevient de la pâte à crêpes, puis-je m’en servir encore et pour quoi faire?
    Cordialement, Johanna

    1. Bonjour
      Si le sac est marqué “CL 90” c’est une chaux aérienne. Pour le dosage, il ne faut pas remélanger l’eau. Il faut vider l’eau (garder cette “eau de chaux”) et doser sur la base de 1 litre de pâte = 1 litre de poudre. Laissez re déposer et utilisez la pate qui est au fond (on peut quand même gacher avec l’eau qu’on a retiré)

  6. Bonjour, ravie de vous avoir trouvé sur internet et de pouvoir suivre les conseils et les discussions. Je retape une maison d’architecture briarde et j’aurais besoin de conseils concernant une cave voûtée. Elle n’a plus de toit (maison détruite sans doute pendant la Première guerre). Je voudrais consolider la voûte de l’extérieur et la mettre hors d’eau. J’aimerais utiliser de la chaux (hydraulique). Qu’en pensez-vous?
    Merci d’avance,
    Johanna

    1. Bonjour
      Excusez ma réponse tardive. certaines questions me parviennent immédiatement et d’autres restent bloquées sur le site.
      Le plus important pour une voûte c’est que ses appuis ne cèdent pas. Il faut donc veiller en premier à entretenir ou restaurer les maçonneries d’appui (contreforts ou murs épais).
      Pour la voûte elle même tout dépend de l’état des pierres (elles sont dures ou tendres ? altérées ?) des pierres ont elles bougées ? les joints sont ils évidés par les infiltrations ?
      Si vous m’envoyez quelques photos de dessus et de dessous, je pourrai peut être vous conseiller mieux.
      répondez moidans le blog OU > infosATblog-patrimoine-facades.com

Pour saisir un commentaire c'est ici ⤵

%d blogueurs aiment cette page :