VOTRE BESOIN ?

Cette page se résume à une question.

QUEL EST VOTRE BESOIN ?

En répondant à cette question vous m’aidez à connaître ce qui pose le plus souvent problème et à identifier les sujets à traiter en premier.

– Vous pouvez préciser si vous êtes un pro (architecte ou artisan), un auto-constructeur ou un débutant.

– Dites moi aussi si vous voulez FAIRE, c’est à dire appliquer vous-mêmes, ou seulement SAVOIR pour dialoguer avec votre artisan ?

Vous pouvez copier / coller ces 3 questions

et y répondre dans la case “Laisser un commentaire” ci-dessous.

MERCI

(vous pouvez copier / coller ces 3 questions puis effacez les options inutiles)

1 – MON BESOIN immédiat OU à plus long terme :

2 – JE SUIS .. Un Pro  / Un Auto-constructeur / Un débutant pour cette technique / Autre (précisez) :

3 – JE VEUX … SAVOIR / Je veux FAIRE :

.

Si vous avez aimé, vous pouvez partager avec ....
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

45 réflexions sur “VOTRE BESOIN ?”

  1. Philippe Dako

    Bonjour, je suis toujours votre précieux blog avec grand intérêt.

    Les trois Q :

    1 – MON BESOIN immédiat OU à plus long terme :
    -> réhabilitations dans ma maison ancienne en basse limagne (limite 63/43 vallée de l’Allier)

    2 – JE SUIS ..
    ->Un Auto-constructeur /
    -> Un débutant pour cette technique

    3 – JE VEUX … SAVOIR / Je veux FAIRE :
    -> comment éclaircir visuellement un enduit ciment en façade extérieure. Il doit avoir trente ans, est en parfait état, actuellement gris clair. Orienté plein sud. Environ 40/50m2. Pas de souci d’humidité sous cet enduit : il ne commence qu’au second niveau, et l’ensemble de la maison repose sur un sol globalement sec, même très sec (murs épais en pierre basalte / arkose, mortier maigre chaux)

    Merci d’avance.

    Ph. Dk.

    1. Bonjour
      Sur du ciment, le plus durable ce sont les peintures silicates (et Keim la plus sérieuse que je connaisse). Pour accrocher un badigeon (ou une collature) il faut au minimum un ciment pas lisse et si possible un peu poreux. C’est parfois le cas s’il n’a pas été trop dosé au départ. Le badigeon préparé avec une chaux aérienne (et gardé sous l’eau dans un seau fermé) aura l’avantage de se conserver si vous devez faire des retouches de temps en temps.
      Bon travail !

      1. Philippe Dako

        Merci beaucoup pour votre écoute et votre réactivité ! L’enduit ciment est taloché de façon très régulière,mais il n’est pas lisse comme disons un béton banché/vibré. Il est rugueux comme un papier abrasif 40, pour donner une image, les grains de sable (très fins) sont nettement visibles. J’ignore par contre sa porosité, n’ayant jamais fait de test.
        L’idée du badigon de chaux aérienne préparé longtemps à l’avance, me séduit tout particulièrement. J’ai plusieurs endroits où cet enduit ciment est relativement peu visible, donc idéaux pour y procéder à des tests ponctuels dans la durée…
        Le badigeon se prépare-t-il tout simplement en versant de la chaux aérienne et de l’eau, en proportion suffisante pour que l’eau soit en léger excès, puis on ferme le bidon et on l’oublie quelques semaines, c’est tout ?

  2. Bonjour, pouvez-vous me confirmer que: CHAUX AÉRIENNE ÉTEINTE EN POUDRE DECORCHAUX CL90-S CESA BLANC – SAC 20 KG est bien compatible pour un enduit extérieur avec sable jaune 0.4 ? Faut’il rajouter un adjuvant ?
    Merci pour vos conseils ?

    1. Effectivement la bentonite est une charge qui induit une prise pouzzolanique. Dans le même sens il y a le Tilia, méta kaolin. Sa cuisson flash ne dégage pas de CO2 et il peut s’utiliser comme liant associé à 1/4 de chaux aérienne avec 3/4 de méta kaolin.

  3. 1 – MON BESOIN immédiat : j’habite une maison ancienne en Gironde. Depuis quelques temps, certaines pierres s’effritent inexorablement. Que puis-je faire pour enrayer cet effritement ? s’il y a quelque chose à faire.

    2 – JE SUIS .. Un Pro / Un Auto-constructeur / Un débutant pour cette technique / Autre (précisez) : je ne suis ni pro ni débutante. Peintre Décorateur j’ai entièrement refait le jointement des pierres de mon salon en mortier de chaux, mais je ne connais rien en maçonnerie

    3 – JE VEUX … SAVOIR / Je veux FAIRE : auriez vous une solution pour enrayer l’effritement des pierres et comment pourrais-je faire une restauration de ces pierres ensuite

    1. Il faut purger ce qui est trop friable. Eventuellement reminéraliser ce qui est faible mais encore stable (silicate d’éthyle) puis reprendre les pierres avec de la pierre concassée (à trouver en carrière) et tester les mélanges chaux-prompt ou plâtre-chaux expliqués dans l’article OU Tilia faiblement dosé + pierre concassée.

  4. Bonjour et bravo!
    Super boulot,clair,explicite et surtout thématiquement bien fait.
    J’ai un petit souci avec mes enduits.
    je suis en Bretagne ou je remonte un appentis qui est contre le pignon ouest de ma ferme (donc face aux vents dominant).
    J’ai refait les enduits au dessus de l’appentis a la chaux NHL 3,5.
    j’ai quelques pierres que j’ai laissées apparentes car elles ressortaient plus que les autres .
    le solin entre mon appentis et mon pignon est en batard avec du parex lanko en” accroche”.
    Je les ais fait avec un ami couvreur (dans les régles de l’art…).
    et je te le donne en mille émile l’eau coule dans mon appentis dés que les vents et la pluie se mettent d’accord.
    Est ce que je peux rajouter une couche qui recouvrerai mon solin et mon enduit de pignon .je pensai a 5mm de PF 80 Mde chez tradical qui est hydrofuge tout en gardant ses qualités de respirance.
    Si oui qu’elles préparations pour le support . J’avoue que je préférerai ne pas dégrader mon enduit mais il a une finition lissée donc peu d’accroche?
    Je suis un amateur
    Merci et bonne suite a ce site
    )

  5. Mon besoin: Rattraper un badigeon à la chaux qui faïence uniquement par endroit.
    Je ne suis pas pro mais réalise les travaux chez moi.
    Je veux savoir comment reprendre mon mur une fois le faïencage éliminé après grattage.

  6. J’habite Orléans et je viens d’acheter une vieille maison en pierre.
    Je souhaite rejointoyer un mur intérieur en pierre apparente (pignon) a la chaux.
    J’ai déjà fait tomber le vieil enduit et brossé les pierres.
    Le mur est en pierres perdues assemblé a la terre .
    J’ai maintenant un gros problème pour la réalisation, quelle quantité de sable et de chaux me faut-il pour une surface de 15 M2 environ et quelle technique employer ?
    Je suis débutant.
    Je souhaiterais une couleur pas trop blanche pour les joints vu que les pierres sont blanche.
    J’ai à ma disposition une bétonnière pour le mélange.
    Merci de me renseigner.
    Cordialement.
    Philippe

    1. 1cm d’épaisseur de mortier sur 1m2 = 1 seau de sable = 10 litres
      Ca dépend donc de la largeur et profondeur des joints. Partez sur 15 seaux et vous verrez.
      Pour éviter le blanc … sable gris ou jaune ou autre couleur selon sables vendus vers chez vous.
      Vois articles du blog pour refaire les joints.

  7. Mon besoin a long terme et de diagnostiquer, et traiter les maladies de nos murs.
    Je suis un pro et un auto-constructeur
    je veux savoir traiter le salpêtre, les briques de terre cuites qui se désagrègent sans présence d’humidité apparente et les pierres de taille qui s’effritent. Ainsi que savoir identifier et traiter mérules et autres champignons.

    1. Pour la mérule je n’ai pas de solution. Peut-être un produit de ECP (Entreprise de Conservation du Patrimoine) ?
      Reminéraliser = silicate d’éthyle.
      Mortiers pierres (voir article du blog)
      L’humidité est un problème récurent … toujours chercher les causes en 1er

  8. Bonsoir,
    dans la rénovations des bâtiments anciens, la problématique du confort thermique est presque toujours présente. Il est parfois compliqué de concilier esthétique/respect du bâtiment / confort. Je crois savoir que certains de nos voisins utilisent des enduits isolants afin de réaliser des isolations par l’extérieur. Y a t’il des enduits isolant à base de chaux permettant de conserver l’esthétique des bâtiments ?

    1 – MON BESOIN immédiat OU à plus long terme : article sur les enduits isolants

    2 – JE SUIS .. Un Auto-constructeur

    1. Ce n’est pas évident car un enduit allégé est peu isolant mais en plus on doit le faire peu épais pour ne pas gâcher le caractère du bâti ancien. Isoler par l’intérieur (chaux-chanvre) est plus efficace. En complément, un enduit de 3 cm à la terre crue en finition intérieure apportent aussi du confort en régulant l’humidité.

  9. Bonjour, mon besoin n’est pas immédiatement technique, il consiste à vous demander comment m’abonner aux nouvelles parutions de votre excellent site.

    J’ai cherché, mais pas comme il faut apparemment puisque je n’ai pas trouvé..

    Merci d’avance ! Vous pouvez aussi m’abonner de vous-même depuis mon adresse mail communiquée.

    Ph. K.

    1. Bonjour
      Pour vous abonner il suffit de saisir votre email dans la case jaune-orange à droite. Vous recevrez une fiche de dosage et vous serez averti des prochains articles. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Dites moi si vous êtes arrivé à laisser votre email (on peut laisser un message dans la case en bas du menu jaune-orange).

  10. Bonjour, avant de poser mes questions, je vous félicite pour la clarté et la richesse de votre site, c’est une mine d’or d’informations. Merci d’avance.

    MON BESOIN actuel est pour l’enduit de ma maison. J’ai rénové une maison qui a une partie en pierre ( vieux mazet ) une partie en béton (année 60-70), que j’ai isolé par l’extérieur en fibres de bois ( avec trame de fibre de verre et enduit colle) et la majeure partie que j’ai remonté en béton cellulaire.

    Pour l’aspect extérieur, j’aimerai harmoniser le tout et trois options s’offrent à moi :
    – Soit un enduit taloché sur la totalité de la maison
    – soit des parties en fausses pierres et des parties enduit taloché
    – soit toute la surface de la maison en fausses pierres.

    Pour rester dans le ton du pays où il y a beaucoup de mazets en pierres sèches, je cherche à recréer cet aspect. J’imaginai votre recette ciment prompt et chaux pour le bas de la maison, sensible à la pluie et l’autre recette platre gros chaux pour les parties plus hautes, après avoir fait un gobetis général avec un produit type Batichaux de saint astier. Qu’en pensez-vous ?

    2 – JE SUIS une Auto-constructeur et une débutante pour cette technique, bien que je serai accompagnée par un ami maçon qui la pratique depuis longtemps avec d’autres produits ( multibat). J’ai réalisé tous mes enduits intérieurs à la chaux, mais je ne maîtrise pas du tout la technique des fausses pierres. Cela vous parait-il compliqué à appréhender pour une néophyte ?

    3 – JE VEUX … SAVOIR pour m’aider dans mon choix. Par exemple, peut-on chiffrer une consommation ( même approximative) au m2 de chacune des recettes si l’on considère un maximum de 5 cm à compenser ?

    Merci de votre réponse.

    1. Bonjour
      Pour répondre à la question de consommation (de liant et de charges) il faut savoir quels produits sont mélangés, ne pas compter le volume de liant (seulement les charges) et calculer sur la base de 1cm d’épaisseur sur 1m2 = 1 seau de charge (10 litres). Exemple : Si je réalise un corps d’enduit dosé à 4 seaux de NHL 3,5 pour 10 seaux de sable. Avec 10 seaux de sable (100 litres) et 4 seaux de chaux je peux réaliser … 10 m2 en 1cm d’épaisseur OU 5 m2 en 2 cm OU 2m2 en 5cm OU 6 m2 en 1,5 cm < c'est plutôt ça la bonne épaisseur. Quand je sais combien de m2 je réalise avec ma dose de départ, je divise la surface à traiter par le Nb de m2 trouvés. Dans mon exemple, pour une façade de 50 m2 il me faudra 50/6 = 8,33 (arrondi au dessus = 9 doses de base) donc 9 x 10 seaux de sable = 900 litres (arrondir à 1 m3) et 9 x 4 seaux de chaux = 36 seaux de chaux. Pour savoir combien il y a de seaux dans 1 sac, 2 solutions : Ouvrir 1 sac et mesurer OU demander la MVA de la chaux et calculer.

  11. Bonjour
    je recherche des décapants pour façade pierre ou il y a 8 couches de peintures
    c’est pour les modénatures et corniches on essaye des produits on en trouve pas le bon si vous avez es idées merci bcp
    Pétronille Tijardovic
    Atelier Thierry lefer

  12. Un complément de ma question : quelle est la différence entre une colature et le stuc ? car en fait, c’est un stuc que je préférerai faire.

    1. Les différences entre stuc et colature … la colature est facile à maîtriser et le stuc difficile. La colature s’applique à la brosse à badigeon en 2 couches posées en chevron, elle s’adapte à un support irrégulier et rugueux. Le stuc suppose un support régulier, pas de différences de rugosité, pas de bosses. Pour la fabrication c’est proche puisque les 2 différences c’est que pour le stuc on remplace la moitié du marbre en poudre par du talc et on met un volume d’eau égal au volume de chaux aérienne. Pour votre support je vous conseille la colature. Autre avantage, on peut faire des reprises sur une colature si elle est tachée. Sur un stuc les reprises se voient.

  13. Bonjour,

    Je souhaite réaliser une colature pour le mur de mon couloir sur lequel j’ai déjà appliqué une sous-couche à base de chaux, de sable, et je n’ai plus la recette en tête (appliqué sur du placo) que vous m’aviez transmise, il y a quelques années.

    J’avoue que les angles sortant me posent problèmes, j’ai vu qu’il existait des outils permettant une finition adéquate, bien nette et propre, mais j’ai des doutes (peut-être à tort) et je ne saurais même pas comment l’utiliser, pour notre chambre, ce n’est pas impeccable et il y a des traces de retouches (car je me suis un peu énervée dessus), ce n’est pas bien lisse : au moment de la pose cela déborde sur l’autre mur (qui est du coup n’est pas net) etc, etc….

    Il y a certainement une technique…

    Je vous remercie d’avance pour vos conseils…

    Si vous avez une vidéo, ça serait plus concrète.

  14. Nicolas Vaginay

    Bonsoir,
    Mon besoin immédiat: peindre les nouveaux volets en bois de mon pavillon avec une peinture fabriquée par mes soins (peinture à l’ocre)
    Je suis un particulier, bon bricoleur mais débutant en fabrication de peinture et utilisation des pigments naturels
    Je veux savoir avant de faire.

    Ce qui m’a conduit sur votre page est une recherche sur les techniques et couleurs utilisées autrefois pour peindre les volets, en particulier dans le Gard où je réside. Une information que j’ai beaucoup de difficultés à trouver.
    Mon pavillon ne possède aucun cachet particulier et ressemble banalement aux bâtiments construits à la périphérie des villages dans les années 1980. Je le rénove progressivement et pour mes volets, je ne souhaite pas utiliser de peintures ou de lasures classiques. J’aimerais allier une technique traditionnelle à des pigments “locaux”: j’ai donc pensé à la peinture à l’ocre (origine la plus proche possible, c’est-à-dire dans le meilleur des cas le Vaucluse?). Seulement voilà: je ne sais pas s’ils étaient aussi utilisés dans mon secteur, quelles étaient leurs teintes éventuelles et si cela irait chez moi. Après tout, c’est une maison assez récente et faire de l’ancien avec pourrait être de mauvais goût. Voilà pourquoi je fais appel à vous…
    Permettez-moi d’utiliser l’adresse indiquée dans le fil de discussion pour vous joindre une ou deux photos.
    Merci beaucoup
    Nicolas

    1. Bonjour
      Pour peindre sur le bois il faut un bois à nu (non peint), et un bois pas lisse (brût de sciage). On peut aussi le sabler pour créer une accroche. Les formules utilisées sont l’huile chaulée ou la formule de “peintures à l’ocre” à base de farine, diffusée par Félicien Carly. Je n’ai pas de pratique pour ces 2 peintures. Il y a aussi “la patine de l’indien”, peinture minérale. J’ai vu préparer l’huile chaulée. C’est un peu délicat (on doit incorporer de l’huile de lin chaude à la chaux vive pendant la fusion de la chaux). Ce ne sont que des pistes. Je vous laisse chercher les recettes car en septembre je n’ai pas le temps de le faire. Dites moi ce que vous avez trouvé. Je dois pouvoir trouver la recette pour l’huile chaulée, si vous pouvez attendre.

      1. Nicolas Vaginay

        Bonjour,
        Je vous remercie pour votre réponse.

        Pour la peinture à l’ocre, je partage vos remarques. La recette que j’ai testée est celle promue par F. Carli. Il en existe d’autres dont les proportions varient peu et qui sont probablement tout aussi valables.
        Pour l’instant, j’ai fabriqué des échantillons à partir de blanc de titane et de terres colorées: terre de Cassel, terre d’ombre, etc. Il ne s’agissait donc pas des pigments habituellement utilisés par cette recette, à savoir des ocres recherchés pour la résistance qu’ils donnent à la peinture obtenue (oxyde de fer). C’est pourquoi, je souhaiterais m’orienter vers des pigments d’ocres, sauf s’ils ne sont pas du tout utilisés localement. Avez-vous des informations sur ce point?
        J’ajoute que mes volets sont en résineux, bien adapté à cette peinture. Comme elle n’est pas filmogène et qu’elle reste très perméable, les bois tanniques ont en effet tendance à la tacher. Sur ces bois-là, les formules à l’huile paraissent plus adaptées. Personnellement, je trouve d’ailleurs qu’elles mettent bien en valeurs l’esthétique de ces bois, comme le chêne ou le châtaignier. Par curiosité, je vais me documenter sur l’huile chaulée dont vous parlez et que je ne connaissais pas. Ne le faîtes donc pas pour moi: je ne pense pas avoir le bois adapté pour ce genre de finition. Je vais aussi jeter un oeil attentif à la patine de l’indien, dont j’ignorais aussi l’existence. J’ai déjà trouvé ceci: http://www.aspain.fr/spip.php?article31.
        Enfin, vous n’avez pas évoqué les couleurs. Avez-vous des informations sur celles utilisées traditionnellement dans le Languedoc et alentours, en particulier les associations de couleurs façades-volets? Je lisais avec intérêt sur votre article que le bleu lavande était une “invention” récente. Je ne le savais pas. Dans ma commune, nous n’avons aucune contrainte en la matière. C’est bien dommage pour au moins deux raisons: pour ceux qui veulent bien faire, il n’existe rien sur quoi s’appuyer et pour les autres, c’est l’occasion de faire tout et, parfois, n’importe quoi…
        Cordialement,
        Nicolas

        1. Le rouge est adapté sur les menuiseries. Je l’ai retrouvé de Saint Tropez à Bayonne. Pour la façade si c’est un badigeon vous pourrez le teinter avec des pigments du commerce ou des terres locales (formule colature, mais on remplace le marbre par la terre locale préparée pour recueillir les parties fines (voir vidéo). Si c’est un enduit : teinte en masse par le sable seul ou sable plus un peu de terre locale en masse ou en patine.

          1. … si votre commune ou communauté de commune est intéressée, je peux faire une étude qui débouche sur des échantillons de couleurs par technique.

          2. Nicolas Vaginay

            Je vous remercie.
            Pour la façade, je reviendrai certainement vous poser des questions quand le temps sera venu de la refaire.
            Pour ce qui est d’une éventuelle étude, j’aurai l’occasion d’évoquer prochainement le sujet avec une connaissance nouvellement élue au Conseil municipal et dont la profession est architecte paysagiste. Il se pourrait donc qu’elle y soit sensible…
            Cordialement,
            Nicolas Vaginay

  15. Merci pour cette reponse la tyrolienne sonne creux par endroit je viens d avoir une proposition de repeindre cette facade avec une peinture SIKKENS ALPHALOXAM SOLO AVEC UENE PREMIERE COUCHE D UN FIXATEUR SF avec reprise des fissures avec une resine souple plus dissimulations des retouches avec une tyrolienne pour pour que la facade soit umiforme avant de la repeindre merci pour la reponse que j attends avec impatience

    1. Si la façade n’est pas déjà peinte, ce qui tiendra le plus longtemps c’est une peinture silicate (de préférence de marque “Keim” qui ne font que du silicate alors que les marchands d’organique vendent des silicates mais ne connaissent pas cette technique)

    1. Il faut voir si la tyrolienne est bien accrochée ou si elle se décolle ou sonne creux. Après il faut plutôt un enduit léger. Dernier point, pourquoi un écrasé ? Si c’est une maison ancienne l’écrasé n’est pas adapté. C’est une finition bâclée et qui protège moins qu’un taloché.

  16. Allain-Launay

    Bonjour,

    Merci pour la lecture de ces informations qui me sont très utiles. J’ai un problème particulier pour lequel je souhaite votre avis. Je rénove actuellement une vieille maison qui est enfermée entre deux couches de béton. Côté extérieur enduit béton + crépi industriel, Côté intérieur enduit béton extrêmement dur et inattaquable (sorte de de mâchefer) très lisse. Bien sûr il y des remontées d’humidité par capillarité dans les murs.
    Je souhaiterai faire un enduit à la chaux en intérieur, directement sur le ciment très dur très lisse et à terme faire sauter le crépi extérieur et l’enduit béton. Croyez vous que l’enduit à la chaux tiendra en intérieur, comment faire pour qu’il s’accroche correctement sur cette couche de mâchefer trop dure pour être supprimée.

    merci d’avance pour votre réponse

    1. Bonjour
      Pour vous répondre il me faudrait une photo d’ensemble et une autre plus proche pour voir la texture de votre mur intérieur. En général la surface du mâchefer est très rugueuse, donc propice à une accroche mécanique. Ca semble contradictoire avec l’aspect lisse dont vous parlez. Dans tous les cas la chaux devra être hydraulique (pas aérienne). Je peux préciser au vu des photos. Mon email pour les photos :

      1. Allain-Launay

        Merci pour vos réponses, je ne peux pas vous faire parvenir de photos immédiatement n’étant pas sur place, mais je n’y manquerai pas.
        le terme de mâchefer a été employé par un artisan maçon qui est venu voir le chantier, en fait il s’agit certainement d’un béton très lisse et fortement dosé. D’après ce maçon un enduit devrait être dur à accrocher dessus, il préconise de le détruire au marteau piqueur puis de ré-enduire avec “un enduit grossier au ciment” puis de faire l’enduit à la chaux. Je pense que je vais essayer d’enduire directement sur le support existant et d’assainir comme vous le dites par l’extérieur au moins sur une hauteur de 70cm avant de tout piquer.

    2. En attendant de tout piquer, vous pouvez peut-être déjà piquer le soubassement sur 70 cm de haut, purger les joints en ciment, laisser respirer pendant l’été et enduire à la NHL 3,5 + sable + pouzzolane avant les pluies. Je vais “bientôt” (quand je trouverai le temps) rédiger un article sur les mortiers d’assainissement qui permettent de laisser “perspirer” les pieds de mur.

Pour saisir un commentaire c'est ici ⤵

%d blogueurs aiment cette page :