Pastellone

Le Pastellone, un sol à cirer

Découverte du chantier ...

Le sol d’origine de cette maison d’une île Grecque est de 1909. Il a donc plus  de 110 ans. Cette pièce de passage en dessert 3 autres, ce qui explique l’usure qui a dégagé les graviers dont certains dépassent les 2 cm. Ce sol est encore beau mais pas facile à laver.

Dans les pièces moins fréquentées on retrouve l’aspect initial. C’est cet aspect lisse que nous devons retrouver. En Grèce on nomme ce sol « βοτσαλοτό » = votsaloto ce qui signifie sol avec des galets. Ce sont donc les galets de la sous couche, non visibles, qui caractérisent ce type de sol.

LES ETAPES DU TRAVAIL
– Si on est sur un sol en béton de chaux on peut appliquer directement le mortier coloré. Si on est sur du ciment on doit commencer par poser une sous couche grossière à base de petits graviers de 1 cm + sable gros + chaux hydraulique sur au moins 3 cm d’épaisseur, si possible 5 cm (3 cm = 3 seaux de mortier au m2). On laissera sécher cette couche de fond avant de poser les 2 couches teintées. L’épaisseur de cette sous couche permet de mieux gérer les variations d’humidité de l’air. La surface de cette couche de fond ne sera pas lissée, plutôt griffée pour faciliter l’accroche de la 1ere couche colorée.

TEINTER LE MORTIER

1 –  Approvisionner les matériaux

2 – Formuler le mortier, NON teinté, à base de chaux aérienne en pâte, sable et eau (sans le liant hydraulique)

3 – Rechercher la teinte avec 0,5 litres de mortier

4 – Valider la teinte.

5 – Peser les pigments pour la quantité totale de mortier à teinter.

6 – Malaxer le mortier pour inclure les pigments de façon homogène.

 

LE MORTIER EST PRÊT ou presque !

On ajoutera le liant hydraulique le jour de l’application, dans la quantité de mortier qu’on est capable de poser dans la journée.

Si l’on avait trouvé de la NHL 3,5 on pouvait l’utiliser seule mais on n’aurait pas eu le confort d’application qu’apporte la chaux aérienne en pâte, la chaux … « grasse ».

Préparation du support : nettoyage du sol, aspiration, lavage à grande eau.
Le lendemain : application au pinceau à badigeon d’un mélange 1 volume eau + 1 volume de résine d’accroche Sikalatex ou Rhodocim (inutile si la sous couche est griffée).
Application de la 1ere couche de mortier teinté une heure environ après, quand la résine est à peu près sèche. Si le support est poreux et sans résine, l’humidifier et laisser ressuyer avant d’appliquer la 1ere couche teintée.

(Voir la vidéo à la fin de l’article)

1ere couche teintée : Sable tamisé 0/ 2 mm. On ne peut tamiser le sable que s’il est sec.

Chaux en pâte et ciment peuvent être remplacés par le même volume de chaux hydraulique (de norme NHL 3,5)

Les matériaux secs se mélangent au malaxeur, à sec : sable et prédose ST pendant 5 minutes, dans une bassine propre et sèche. 

Tous les outils et instruments doivent être secs. Les mains aussi. Les pigments peuvent être mélangés à sec ou après, avec la chaux en pâte, la résine et l’eau (attention à l’eau). Ce mélange peut se garder longtemps (en principe….) sous l’eau et à l’abri de l’air si la chaux n’est pas hydraulique.

Le ciment ne s’incorpore qu’à la fin, le jour ou l’on veut appliquer ce mélange car avec le ciment la pâte perd ses vertus de conservation sur du long terme.

1ere COUCHE
– On pose la 1ere couche avec un petit platoir inox, en commençant par les bords.
– L’épaisseur posée est environ 2 fois le grain le plus gros du mortier. Pour un sable 0/2 on posera environ 4mm soit 4 litres de mortier au m2.
EGALISER la 1ere couche
 
– En cours de prise, quand le mortier commence à perdre son aspect pâteux, on repasse le platoir inox pour enlever les « sardines ».

 

 

QUELQUES FISSURES

– En 1ere couche les quelques fissures qui apparaissent ne posent pas problème. La 2eme couche les cachera.

 

 La poudre de marbre peut être tamisée (tamis très fin) si l’on veut une pâte sans grain.

Mêmes remarques que précédemment pour le mélange à sec, la conservation, et l’addition du ciment au dernier moment.

2eme COUCHE
 
– Sur la 1ere couche sèche de la veille, on pose la 2eme couche en commençant là aussi par les bords.
 
(Voir la vidéo à la fin de l’article)
2eme COUCHE en cours de pose
 
– Avec la petite truelle on pose le mortier sur le sol.
 
– On égalise la couche avec un petit platoir inox avant de la ferrer.
 
– En cours de prise, comme pour la 1ere couche, on repasse soigneusement pour gommer les sardines.
 
PRÉPARATION DE L’ENCAUSTIQUE
– Approvisionner la cire d’abeille / l’essence de thérébentine / un sicatif ou acheter une cire pour sol.
On aurait consommé environ 50g par m2 mais la propriétaire n’est pas certaine de ses notes. (vous me direz quelle quantité et quelle cire vous avez appliquée et comment vous l’entretenez ?).

APPLICATION DE L’ENCAUSTIQUE

– Après un séchage complet et avant d’appliquer l’encaustique, on ponce à la main les quelques sardines qui restent.

– On applique l’encaustique avec un chiffon, à saturation, en 2 passes. Laisser sécher avant de faire briller, de lustrer, avec un chiffon ou de la laine.

Le sol est fini, ciré, lustré, et les quelques graviers qui affleurent nous rappellent le sol usé que nous avons restauré. Longue vie au nouveau sol.  Et tout en évitant les semelles boueuses, ne vous privez pas du plaisir des pieds nus.

Le Pastellone, un sol à cirer Lire la suite »