Chaulage à chaud … à la chaux vive !

Chaulez à chaud

Un chaulage épais peut apporter son velouté blanc même à un vieux mur en béton brut de décoffrage.

On parle plus souvent de chaulage en agriculture et horticulture qu’en technique de revêtement des murs. 

Après des décennies d’oubli, le temps est venu de retrouver tous les avantages de cette technique qui sait protéger et décorer les murs de nos habitations, nos patios et nos étables … s’il en reste.

En Espagne ou en Grèce vous avez déjà vu des murs blancs recouverts de multiples couches de chaux. On ne sait plus si ce sont des années de badigeonnage accumulées ou des chaulages épisodiques, mais peu importe. Dans tous les cas une couche blanche épaisse enveloppe les murs en douceur.

 Je vous propose une solution rapide et efficace pour donner à un mur brut ou enduit ce velouté inimitable.
Ce mur de soutènement en béton brut de décoffrage surplombait un patio de sa masse brune salie par les coulures de terre emportées par les pluies.

Badigeonner ...

Pour recouvrir un mur d’une couche de chaux blanche vous pouvez appliquer 2 ou 3 couches de badigeon. Trois articles du blog détaillent déjà la technique du badigeon.

... ou Chauler ?

Si vous souhaitez revêtir un mur extérieur, brut ou enduit, d’une couche blanche épaisse le chaulage vous apportera plus vite et mieux cet aspect tout en douceur.

Quelle chaux ?

On peut badigeonner avec une chaux hydraulique en poudre délayée dans l’eau mais vous devrez l’appliquer dans la demi journée car elle va faire prise dans l’eau. On peut badigeonner avec une chaux aérienne en poudre qui aura l’avantage de se garder dans un seau fermé pour faire des reprises si besoin, dans quelques années.

Mieux que les chaux en poudre il y a la chaux en pâte (quand elle est bonne) mais le mieux c’est … la chaux VIVE !

Alors évidemment, avec la chaux vive il faut faire très attention. Porter au minimum des lunettes de protection. Se tenir éloigné pendant l’extinction. Se laver immédiatement à l’eau si on a reçu un éclat sur la peau.

Pour les yeux le port de lunettes est impératif et en cas d’éclat PAS de collyre car l’eau salée relance l’agressivité de la chaux. Appliquez immédiatement de la Diphotérine ou à défaut de l’eau sucrée ET s’il reste la moindre irritation, direction l’hôpital ! Sur la peau un simple lavage immédiat est suffisant et sans risque mais avec les yeux on ne plaisante pas !

Diphotérine produit de lavage des yeux en cas d'éclat de chaux vive.

Précautions prises, voilà déjà en image les étapes de l’extinction

Chaux vive en roche
1 Kg de chaux vive en roche

J’ai plongé 1 kilo de chaux vive dans 2 litres d’eau et en moins de 4mn j’avais une pâte en ébullition.

 

dans 2 litres d'eau
extinction de la chaux vive
Il faut laisser bouillir pour avoir une bonne chaux en pâte
quand l'ébullition cesse on peut ajouter 1 ou 2 litres d'eau

On va appliquer la pâte de chaux vive chaude

On ne doit PAS ajouter trop d’eau. On ne cherche pas à faire un badigeon on veut seulement une pâte épaisse (regardez la vidéo).
Encore très chaude (environ 70°) la pâte épaisse s’applique facilement à la brosse en une couche.

Les fissures qui se forment peuvent être resserrées immédiatement avec un platoir inox. La pâte s’en trouvera plus dense et plus dure quand elle sera sèche. Si on ne resserre pas ou pas assez, le lendemain on peut appliquer la même pâte plus diluée et le badigeon comblera les fissures comme on le voit sur les 2 photos ci-dessous.
Couche de chaux en pâte issue de chaux vive. Ecaillée à gauche. A droite un badigeon bouche les fissures.
A gauche, la 1ere couche NON resserrée fissure. A droite le badigeon appliqué le lendemain couvre les fissures. Le mur présente un aspect blanc uniforme.
Avant de finir l’article je peux vous dire 2 mots sur la chaux VIVE. D’autres articles suivront car les emplois de la chaux vive présente des avantages insoupçonnés et passionnants, mis en évidence par Nigel Copsey.

En attendant nous avons déjà le plaisir de savoir que la chaux vive est le produit le plus basique, non adjuvanté, qui a l’avantage de doubler de volume, et même plus, quand on l’a mise dans l’eau ! Le calcul est simple : La chaux vive en poudre fait 1 Kg le litre. Plongée dans l’eau elle se combine chimiquement à 321 g d’eau ce qui donne l’équivalent de 1321g de chaux aérienne en poudre. La chaux aérienne en poudre ayant une masse moyenne de 450g le litre, 1 Kg de chaux vive est donc équivalent à 3 litres de chaux en poudre. Autrement dit 10 Kg de chaux vive = 13 Kg de chaux aérienne en poudre. 
La seule difficulté est de trouver la chaux vive à son prix normal. J’ai payé 1 sac de 15 Kg 30€ en passant par un marchand de matériaux et le même sac revient à moins de 10€ si on en commande une palette. Pour info j’ai trouvé cette chaux vive en poudre à Carcassonne. C’est CALCINOR EUROCHO … Tel 04 68 11 38 80 mais il y a aussi … à Ebreuil (03) CALCICHAUX / à Ensuès-la-Redonne (13820) la Chaux de la Tour LHOIST / à St Savin (38300) la Chaux de St Hilaire / à Saint-Laurent-les-Tours (46400) AGRI SANDERS / et en Italie à Piasco (12026) la chaux « CALCE PIASCO »  à 94% de CAO.

Si vous connaissez d’autres chaux vives, merci de laisser un message pour que tous profitent de l’info.

Dernières précisions pratiques … n’éteignez PAS la chaux dans un seau en plastique, il va fondre. On trouve des seaux en caoutchouc à 10€. Alternatives : un bac en bois ou en fer (pas d’Aluminium).
Si vous trouvez seulement de la chaux vive agricole vous pouvez essayer mais il faudra plus de 1 Kg de chaux vive pour 2 litres d’eau. 
Dans tous les cas il faut arriver à ébullition.  
Ensuite vous ajoutez plus ou moins d’eau pour avoir une pâte épaisse, / vous l’appliquez à la brosse en couche épaisse (environ 5mm) / et vous resserrez cette couche au platoir inox pour la compacter et éviter les fissures de retrait. 
Merci de laissez un commentaire pour dire … quelle chaux / où vous l’avez trouvée / son prix / son poids / le poids de chaux mis dans x litres d’eau pour arriver à ébullition. 
Et dites moi si le résultat est à la hauteur de vos attentes.

Merci !

 

23 réflexions sur “Chaulage à chaud … à la chaux vive !”

  1. Bonjour,
    Merci pour votre article très intéressant sur ces savoir-faire plus ou moins disparus !
    Technique à essayer sur les chantiers pour changer des chaux hydrauliques et chaux aériennes dont nous avons l’habitude !
    Connait-on la résistance mécanique des mortiers à base de chaux vive appliqué à chaud ?
    Bien à vous
    EURL SFARA

    1. Nigel Copsey, l’Anglais qui a remis en évidence les techniques à base de chaux vive précise que… »la Résistance à la compression typique d’un mortier de chaux aérienne après 3 mois est de 0,7 à 1,3 Mpa, mais c’est jusqu’à 2 Mpa avec une chaux aérienne mélangée à chaud (tout de suite après l’extinction), et parfois plus. » J’ai peut-être d’autres infos mais je dois les trouver soit dans son livre soit dans son cours.

  2. Rebonjour,
    merci pour votre réponse et ce lien vers Nigel Copsey. Nous sommes dans le Nord-Est donc humide comme en Angleterre mais plus froid !

    Etant un peu chimiste, j’ai tendance à penser que de la chaux en pâte chauffée doucement jusqu’à 70°C devrait offrir les même propriétés (voire mieux !) que la chaux vive éteinte à l’eau, avec l’avantage de pouvoir la réchauffer en fonction des besoins.
    Qu’en pensez-vous ?

    En pratique on pourrait utiliser un réchaud tripatte (utilisé pour stériliser les bocaux) mais il faudrait un récipient qui résiste à la fois au feu et au caractère basique de la chaux. Une grosse marmite inox de collectivité serait idéal quoique onéreux.
    A défaut on peut faire des essais avec un récipient en acier zingué. Il devrait se former une couche de passivation de Zn(OH)2 à la surface du zinc, le protégeant.

    En revanche l’usage d’un récipient en aluminium me semble à proscrire, aussi bien pour l’extinction de la chaux vive que pour le chauffage de chaux en pâte : « L’aluminium est attaqué violemment par les solutions aqueuses d’hydroxydes alcalins. La réaction est accompagnée d’un dégagement d’hydrogène.  » (source : INRS)
    En effet : 2Al + Ca(OH)2 + 2H2O => Ca(AlO2)2 + 3H2 (g)
    Il serait bon de le préciser dans votre article.

    Concernant la sécurité :
    La diphotérine est en effet un produit capable de neutraliser une atteinte à l’oeil.
    En préventif il est impératif de porter des lunettes de sécurité très protectrices, complétées idéalement d’un écran facial. Une solution basique dans l’oeil ça ne pardonne pas.

    La chaleur et la présence d’un produit très alcalin sont deux sources de danger qui se cumulent et se renforcent mutuellement !

    1. Merci pour votre message. Je ne pense pas qu’une chaux en pâte chauffée soit équivalente à une chaux vive éteinte qui est passée par 100° pour 2 raisons. La fusion à 100° induit une cristallisation différente de la chaux en pâte qui pendant des mois passe de l’état de gros grumeaux à des grumeaux de plus en plus petits puis avec un phénomène de ion les particules de chaux se rangent en lamelles comme les lamelles d’argile (c’est expliqué dans le livre en Italien d’Andréa rattazzi »Conosci il grassello di calce ? ») et devient une suspensions colloïdales. Il y a aussi un livre d’un Universitaire Espagnol de Barcelone qui a étudié la question de la qualité des chaux en pâte. Pour avancer dans ce domaine on est obligé de glaner des infos car les industriels fabriquent et vendent de la chaux sans se poser ces questions sur la chaux vive et la chaux en pâte car ce ne sont pas des produits formulés à haute valeur ajoutée.

      1. Très intéressant, merci.
        Un autre phénomène lié à la chaleur doit jouer un rôle dans la technique présentée ici : La solubilité du CO2 dans l’eau varie fortement avec la température. Une eau à 20°C peut contenir 1500 mg/L de CO2, une eau à 70°C environ 400 mg/L et une eau en ébullition … 0mg/L
        Or la réaction de carbonatation de la chaux éteinte Ca(OH)2 + CO2 => CaCO3 + H2O commence me semble-t-il avec le CO2 dissous dans l’eau de gâchage. Si l’eau a été portée à ébullition elle a entièrement évacué son CO2. Et même redescendue à 70°C, elle n’en contient pas beaucoup.
        On peut donc faire l’hypothèse que dans ces conditions la carbonatation commence lentement. Cela doit avoir une influence sur la structure cristalline de l’enduit, et donc sur ses propriétés mécaniques. Vous dites que la résistance mécanique est améliorée par rapport à un enduit à froid; cela ne me semble pas contradictoire avec l’hypothèse d’une cristallisation plus lente. A étudier en laboratoire si pas déjà fait !

        1. Merci pour votre suggestion sur le rapport entre chaleur / carbonatation / cristallisation. Je vais soumettre votre hypothèse à une chercheuse avec qui je suis en contact pour voir si elle a un avis, et je le noterai en complément de ce commentaire.

  3. Bonjour,

    Passionnant !
    Il nous faut expérimenter toutes ces techniques ancestrales transmises « sous le manteau » 😉)
    Chez les fournisseurs de matériaux, lorsque l’on évoque la chaux vive, les yeux s’équarquillent… « attention danger, prenez plutôt ceci ou cela…bla-bla-bla »
    Intéressant d’avoir des infos sur la qualité de la chaux et les dosages chaux/eau ! Nous avons testé chaux agricole et tuf…pas concluant !

    Merci !

  4. Merci ton article aussi simple qu’éconologique 😉
    Concernant la sécurité, est-ce-que le sérum physiologique peut conviendrait? (avec la chaux éteinte, ça fonctionne)
    est-ce-que ton chaulage fonctionnerait suite un mur en parpaing ? à priori, je ferais un gobelets bâtard (50/50 chaux/ciment auparavant)
    Au plaisir de te lire
    Thierry Baruch
    http://www.formaterre.org

    1. Merci pour ton message. Le serum physio étant, je crois, salé ne convient pas. Pour ce qui est des parpaing, le plus simple serait d’essayer, d’appliquer à la brosse une pâte épaisse et de la ferrer dans la foulée. Je vais ajouter à l’article une photo en fin de semaine d’un autre essai que j’ai fait et où l’on voit que serré j’ai directement une finition sans fissure et sans avoir à passer un badigeon le lendemain comme je l’ai fait sur le mur de soutènement de l’article. Si tu fais l’essai sur parpaing, dis moi ce que ça donne. Il faut probablement mouiller le parpaing avant mais la porosité des parpaings donne déjà une accroche mécanique.

  5. Bonjour, dans quelle mesure ce chaulage résiste aux intempéries sous notre climat plus humide qu’en Grèce ?
    Par ailleurs, il n’est donc pas nécessaire d’humidifier le support avant application ?

    Merci beaucoup pour cet article.

    1. Effectivement, je précise en fin d’article qu’il faut mouiller le support. La chaux aérienne a toujours besoin que de l’humidité ressorte à travers pour pouvoir carbonnater. Si ça sèche trop vite ça grille et ça devient poudreux. Pour ce qui est de la tenue sous climat plus humide (je ne sais pas où vous êtes) je ne sais pas. Par contre en Angleterre les badigeons à la chaux vive permettent d’assécher des murs que les enduits et rejointoiements à base de NHL 3,5 laissent humides.(voir livre de Nigel Copsey)

  6. Bonsoir,
    Merci pour vos infos pertinentes. J’ai une question ,je recherche un enduit pour appliquer sur ma maison ( parpaings +partie ancienne en silex).
    comme en Bavière chez ma fille ,ou un enduit a été projeté et étalé avec un gros pinceau( de marque Hasit).Après séchage ,l’enduit a été gratté pour enlever la couche oxydée ,avant d’appliquer la seconde couche,étalée avec un gros pinceau ( genre pinceau a tapisser).
    Connaissez-vous cette technique ?
    Cordialement
    Lujon

    1. Merci pour votre message. Non je ne connais la technique dont vous parlez. Si vous pouvez trouver des précisions, ça m’intéresse beaucoup. Merci

    1. Bonjour
      Je ne sais pas où vous êtes mais le plus simple serait de demander en 1er au marchand de matériaux écologiques le plus proche. S’il ne sait pas où en commander essayez de trouver un distributeur de chaux Socli. Socli peut en livrer sur demande mais à 30€ le sac. Cherchez aussi dans votre région s’il y a un fabricant de chaux vive mais il y en a peu. Les chaux vives qu’on trouve pour l’agriculture si vous en trouvez seront probablement pas assez forte. Il faudrait en trouver une avec minimum 90% de CaO. Si 1 Kg de chaux vive plongée dans 2 litres d’eau ne boue pas c’est qu’elle est soit éventée soit mélangée à une charge inerte. Si vous en trouvez, dites le moi comme ça d’autres personnes trouveront l’info. Merci

    2. bonjour Luc,

      Merci pour cet article.
      Première remarque : la difotetine. Il faudrait l’écrire en gros, gras, etc. cest un produit pratiquement miraculeux. Assez cher, d’autant qu’il faut renouveler les flacons tous les deux ans (environ).

      Seconde remarque, plutôt question : pourquoi cette chaux vive se distingue d’une chaux aérienne ?
      est-ce uniquement le fait de la préparation qui permet d’avoir une température de la pâte qui arrive à ébullition ?

      1. Bonjour C’est Nigel Copsey qui a remis en évidence les mortiers et laits de chaux à la chaux vive appliqués chauds.La chaux vive qui passe par la phase d’ébullition (100°) aurait des caractéristiques incomparables au moins aussi bonnes qu’une chaux en pâte vieille de bonne qualité. On savait que la chaux aérienne en poudre est la moins bonne mais on ne savait rien sur les emplois et la qualité de la chaux vive. En Angleterre des murs qui restaient humides sous des enduits à la chaux hydraulique (NHL 3,5 de St Astier) s’assèchent quand les joints sont refaits avec un mortier de chaux vive appliqué à chaud. Je reste en contact avec des artisans qui ont suivi la formation de Nigel que j’ai suivie aussi, pour voir comment ces techniques réagissent sous notre climat. Donc à suivre …

        1. Chaux avec 90 % de CaO et avec deux sacs de 25 kg, soit 50 Kg, je fais environ 140 Kg de chaux en pâte sans un bidon en fer de 200 L.
          C’est en vous écoutant et en regardant les vidéos de Nigel Copsey, aussi en lisant les vieux traités de Lauriol
          Le mortier de chaux vive en épaisseur de 7 ou 8 cm durcit dans 12 à 24 heures. J’ai fait tout le dallage de la pièce à vivre en posant de la pierre de Bourgogne au fur et à mesure (41 m²).

          1. Merci pour votre message. J’ai juste 2 questions. Vous avez fait un mortier à base de chaux en pâte je suppose avec du sable, mais à quel dosage ? Et je n’ai pas compris si vous avez utilisé une chaux en pâte vieillie X mois OU comme Loriot un mortiers à base de chaux vive utilisé chaud ? Si vous pouvez préciser, merci !

        2. Passionnant !

          Je retrouve dans ce que tu dis des notions de ce que j’ai manipulées au quotidien lors de ma vie professionnelle (pas tout à fait terminée) : je suis chimiste et m’occupe du développement des procédés.
          Une astuce basique pour estimer la vitesse d’une réaction est de dire que la vitesse double tous les 10 °.
          Si nous prenons 2^((100 – 20)/10) = 256. Donc si la la chaux vive reste à 100 °C environ 2 heures, cela fait presque 2 mois de vieillissement pour une chaux aérienne. Pour peu que ce facteur 2 soit un peu plus important les différences de temps deviennent énormes.

          Sais-tu si des expériences de préparation d’enduit à la chaux aérienne ont été fait en chauffant la suspension ?

          1. Non je ne connais pas de texte qui parlerait de chauffer un mortier à la chaux aérienne. Quand on a éteint une chaux vive en passant par l’ébullition elle reste à 100° maximum 20 mn car ensuite on ajoute du sable et de l’eau. Nigel Copsey dit que la chaux vive éteinte à 100° aurait les caractéristiques d’une chaux en pâte vieille (plus de 1 an) mais je ne sais pas sur quel critère. De plus on sait par expérience qu’un mortier de chaux vive sera beaucoup plus solide qu’un mortier à la chaux en pâte, même de qualité. D’autres constats ne sont pas expliqués : Pourquoi la surface d’un Stuc à la chaux aérienne en pâte est il 20 fois plus dur à l’abrasion qu’un stuc à la chaux aérienne en poudre ? / Pourquoi une finition à la chaux aérienne en pâte carbonate beaucoup plus vite que la même finition à base de chaux aérienne en poudre ? (je suppose que c’est lié à sa capacité de rétention d’eau qui permet au CO2 de passer en solution mais je n’en ai pas de preuve) Autant de questions qui NOUS intéressent mais laissent froids les chaux-fourniers.

    3. Bonjour, j’achète de la chaux micronisée dans une coopérative près de chez moi et j’ai fait toute la rénovation avec.

      1. Pouvez vous nous préciser (si vous l’avez noté) le % de CaO, le poids des sacs / le prix du sac / et la marque de cette chaux vive ? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *