Badigeon, eau forte, colature

Le badigeon de chaux est la star d’une grande famille, la famille des laits de chaux.

Avant lui, plus épais, plus rustique, il y a le chaulage à base de chaux vive éteinte en pâte. On l’utilisait pour désinfecter, pour donner un coup de blanc autour d’une fenêtre ou pour blanchir la maison au printemps, après les pluies de l’hiver.

Badigeon de chaux appliqué sur un enduit à la chaux sec.

Le chaulage c’est 1 volume d’eau pour 1 volume de chaux (en pâte de préférence mais aujourd’hui souvent en poudre).

Avec le badigeon on passe à 2 volumes d’eau et on ajoute des pigments et des adjuvants pour éviter le farinage.

On utilise aujourd’hui des adjuvants sains : Caséine, Savon et Méthyl cellulose. Nous verrons le rôle de chacun.

.

.

L’eau forte (“acqua forte”) est un badigeon dilué de 4 à 6 volumes d’eau pour 1 volume de chaux.

La patine pousse la dilution de 10 à 20 volumes d’eau pour 1 volume de chaux.

L’eau forte 2 se situe entre le badigeon 1 qui empâte le support et la patine 3
qui modifie la couleur sans cacher la texture de l’enduit.

Chaulage, badigeon, eau forte et patine composent la famille des “laits de chaux“. Elle a depuis quelques années une cousine, la colature (“colatura” en Italien). Comme le badigeon elle associe 1 volume de chaux à 2 volumes d’eau mais on y ajoute 1 volume de marbre en poudre. Ca la rend plus couvrante, plus stable tout en gardant l’aspect nuancé du badigeon. Peu à peu la colature vole la vedette au badigeon qu’elle rend plus stable tout en gardant ses qualités.

On peut aussi dire que la colature est un stuc dilué ,sans talc, ou un badigeon avec une charge (le marbre). Elle est en effet à mi chemin entre ces deux illustres précurseurs.

.

CONDITIONS A RESPECTER : 

Les laits de chaux s’accrochent sur tous les supports poreux à très poreux comme la terrre crue. Si des zones du mur sont trop souvent humides les laits de chaux ne tiendront pas longtemps. Par contre sur un mur sain et poreux les laits de chaux tiennent de 20 à 60 ans sans problème, selon l’exposition et le climat.

On a constaté qu’un badigeon retarde de 20 ans le début d’érosion d’un enduit en surface.

.

CHOISIR une technique EN PRATIQUE :

Pour 1 volume de chaux aérienne (si possible en pâte, sinon en poudre) …

– LE CHAULAGE = 1 volume d’eau pour 1 volume de chaux / empâte le support / sans adjuvant / non teinté.

Peinture sommaire utilisée pour blanchir un encadrement de baie sur du bâti rural. Pour assainir une étable on préparera le chaulage à partir d’une chaux vive plus bactéricide. 

– LE BADIGEON = 2 volumes d’eau pour 1 volume de chaux / couvrant / adjuvanté / teinté.

Utilisé en Languedoc-Roussillon depuis 1850 pour décorer les façades, leur appliquer des couleurs choisies en complément aux couleurs de l’environnement.

(couleurs de l’environnement = couleurs des terres, des sables et des pierres)

– La COLATURE = pour 1 volume de chaux, 2 volumes d’eau et 1 volume de marbre “impalpable” / couvrant / adjuvanté / teinté.

La colature est une variante technique par rapport au badigeon. Elle apporte le même aspect final. Le marbre aide à couvrir mieux le support. Je la conseille à la place du badigeon, c’est une sorte de badigeon amélioré.

– L’EAU FORTE =4 à 6 volumes d’eau / semi transparent / adjuvantée / teinté

Badigeon léger, moins couvrant, cache moins le support. utilisé plutôt sur la pierre pour ne pas cacher son grain. Appliqué aussi en 1ere couche sur les supports très absorbants et par temps chaud. On peut aussi diluer une colature pour en faire une eau forte.

– LA PATINE = 10 à 20 volumes d’eau / fixée par l’eau de chaux / teintée / modifie la teinte sans cacher la texture de l’enduit ou de la pierre.

Permet d’harmoniser la teinte des pierres et de garder leur grain.  S’applique aussi sur un enduit pour une teinte à fresco et des effets de voile (“velatura” en Italien).

.

LES PRODUITS à approvisionner :

– UN SAC de chaux aérienne.

(une chaux hydraulique ne se conserverait pas dans l’eau. De plus une chaux hydraulique est toujours d’un blanc cassé qui ternit les couleurs pastel. En résumé il n’y a pas d’avantages à préparer un badigeon à la chaux hydraulique)

– UN SAC DE MARBRE en poudre impalpable (on ne sent pas de grain entre les doigts)

– LES ADJUVANTS : On peut tout à fait se passer des résine, ce qui permet de formuler un mélange sain. Pour chaque seau de 10 litres de chaux aérienne on ajoutera 25g de savon, 50g de caséine et 100 g de méthyl cellulose. Il existe aussi une “prédose ST” qui regroupe ces 3 produits. Une dose de 1 Kg contient en fait les 175g d’adjuvants dispersés dans du marbre en poudre pour éviter les grumeaux.

– DES PIGMENTS selon la teinte recherchée.

.

DOSAGE pour la colature :

– 1 seau de chaux aérienne en poudre ou en pâte. En poudre = 5 Kg

– 1 seau de marbre impalpable (on ne sent pas le grain entre les doigts) = 10 Kg

– 1 kg de prédose ST (adjuvants prédosés non dérivés du pétrole) = 1 Kg

On mélange ces 16 Kg de produits à sec avant d’ajouter l’eau.

– 2 seaux d’eau

– Les pigments

Pour préparer un badigeon utilisez la même formule sans le marbre.

Adapter la dilution : Sur un support absorbant ou par temps chaud, on devra passer une 1ere couche avec plus d’eau pour bien pénétrer le support et éviter que la colature ne “grille” par perte trop rapide de son eau. Dans tous les cas le support sera mouillé la veille et le matin avant l’application de la colature. On ajoute cette eau dans chaque seau pour ne pas diluer le mélange de base que l’on applique souvent non dilué en 2eme couche.

Avec ce dosage de base on peut “badigeonner”  50 m2 en 2 couches.

Sur un enduit à la chaux taloché neuf, ce ratio de 50m2 en 2 couches m’a été confirmé par un artisan. Un enduit à la chaux ancien, plus absorbant, consommera un peu plus et un enduit bâtard ou plus lissé consommera un peu moins.

Pour 100 m2 on prépare 2 doses de base soit 32 Kg de matière sèche, soit 320 g/m2.

Avec l’eau on a 72 Kg de colature pour 100 m2, soit 720 g/m2.

.

PRÉPARATION DU MÉLANGE :

– Mélanger à sec : le marbre + les adjuvants (ou la prédose) + La chaux aérienne + les pigments

– Ajouter l’eau pour faire une pâte dans un 1er temps puis ajouter le reste de l’eau (pour mélanger on utilise un agitateur fixé sur une perceuse).

– Laisser reposer (on peut utiliser le badigeon tout de suite mais les pigments seront mieux dispersés si on prépare la veille, surtout s’il y a des oxydes, toujours un peu gras).

.

APPLICATION :

– Mouiller le support

ASTUCE : Remuer le mélange de base avant de mettre 4 litres de mélange dans un seau. (moins d’un demi seau) 

On peut ainsi remuer de temps en temps avec la brosse alors que dans un seau trop plein on ne peut pas remuer et la fin du seau devient trop épaisse.

Dans ce cas ajoutez de l’eau dans le seau ou reversez le fond de seau dans le mélange de base avant de tout remuer et de repuiser 4 litres de badigeon.

– Appliquer avec une vraie brosse à badigeon qui permet de charger et de poser sur le mur PLUS de mélange que des poils synthétiques. (ou au spalter pour la patine).

Poser avec un mouvement en X

– Précautions : Par temps chaud ou venté sur un support très absorbant, vous pouvez ajouter de l’eau dans le seau (le camion comme disent les peintres). Ne diluez pas la préparation de base mais à 1 volume de la préparation ajoutez 1/2 à 1 volume d’eau pour que la 1ere couche pénètre bien dans les pores du support.

S’il fait chaud appliquez le badigeon avant que le soleil ne tape sur la façade, et si elle est déjà chaude, mouillez la avant de badigeonner.

Ne pas badigeonner quand s’il risque de geler la nuit dans la semaine à venir.

(il fait toujours plus froid la nuit que le jour)

.

VARIANTES … DES IDÉES POUR VOUS INSPIRER :

Plus de 20 ans après son application, un badigeon commence à s’user et les grains de sable de l’enduit apparaissent. Il est temps de badigeonner à nouveau pour protéger à nouveau l’enduit 20 ans de plus.

Exemple de colature (badigeon + marbre impalpable) teinté en masse avec une terre naturelle prélevée à la sortie du village. On a remplacé une part de marbre par des fines extraites de la terre par décantation.

Cet effet résulte d’un badigeon uni appliqué en 2 couches et d’une patine ton sur ton posée au spalter de façon discontinue en chevron. Toujours tester sur une petite surface à l’avance pour maîtriser le geste. Essorer le spalter sur le bord du seau (ne jamais appliquer la patine avec une brosse détrempée qui va tacher le badigeon).

.

ET PLUS TARD ?

Les techniques adaptées au bâti ancien ont l’habitude de tenir des dizaines d’années. Les préparations à base de chaux aérienne se conservent sans limite de temps. Si vous fermez le seau pour que l’eau ne s’évapore pas le badigeon attendra sans perdre ses qualités.

Si vous devez faire une reprise suite à une dégradation en pied de mur, le plus dur sera … de retrouver le seau, puis de remuer le mélange avant de repasser sur l’ancien badigeon.

Si votre mur risque d’être taggué, le badigeon est l’anti-tag le plus efficace. Considérez le badigeon comme une couche sacrificielle renouvelable sans frais. D’un petit coup de toile émeri vous pourrez gratter le tag et l’ancien badigeon sans agresser l’enduit, avant de renouveler le badigeon, la couleur et la protection en quelques coups de brosse.

.

COÛT : On peut préparer une colature avec 50€. De quoi badigeonner 50 m2 en 2 couches. Pour 25€ de plus on repart pour 50 m2 de plus (on n’a pas besoin de racheter la chaux ni le marbre).

VOIR aussi en complément la page “MATÉRIAUX et OUTILS” et l’article “STUC” … bientôt sur votre écran.

Et n’oubliez pas de me dire dans les commentaires

quelles infos vous auriez aimé trouver en plus sur cette fiche.

Ca m’aidera à l’améliorer. MERCI

Si vous avez aimé, vous pouvez partager avec ....
  •  
  •  
  •  
  • 31
  •  
  •  
    31
    Partages

80 réflexions sur “Badigeon, eau forte, colature”

  1. Bonjour,

    Nous avons détapissé deux murs dans notre appartement, puis poncé ces murs, puis trouvé une base de mur sain en plâtre. Nous avons appliqué une une première couche de chaux aérienne blanche Saint-Astier CL90 dilluée avec 4 volumes d’au pour 1 volume de chaux. Nous avons pulvérisé le mur d’eau juste avant l’application, mais sans insister.

    Nous avons ensuite attendu 48h et avons appliqué les mêmes volumes sans re-mouiller le support, attendus 48h puis 3ème couche idem. Nous avons terminé il y a deux jours et aujourd’hui les murs craquent et des fissures se créent un peu partout. Un morceau s’est même décollé et ce que l’on trouve derrière est le mur de plâtre.

    Est-ce que notre erreur a été de ne pas assez mouiller le mur?
    Que faire pour rattraper ces murs, faut-il maintenant gratter et reponcer ?
    Merci beaucoup par avance pour vos conseils.

    1. Bonjour Si vous n’avez pas mis d’adjuvant (voir article sur les badigeons et colature) c’est normal que ça se décolle. Difficile de rattraper. Il faut soit faire tomber tout ce qui ne tient pas (racler) avant de repasser un badigeon adjuvanté. Un fixateur aura l’inconvénient de bloquer les migrations de vapeur d’eau. Dans tous les cas faites un essai avec un mélange adjuvanté normalement (et si possible avec du marbre = variante colature au badigeon) et si ça n’accroche pas assez, doublez la dose d’adjuvant. En espérant vous avoir aidé !

      En complément (suite à votre question) Difficile de ne pas repasser partout (ça se verra). Il faut surtout mettre du methyl cellulose = colle à papier peint (il y en a dans la prédose). La dose normale c’est 100g de méthyl par seau de chaux mais sur un support très absorbant on peut en mettre 150 à 200g par seau de chaux (ou doubler la dose de prédose). Dans la prédose il y a aussi 50g de caseine lactique (par seau de chaux) qui remplace la résine et dasns une prédose il y en a 50g (pour 1 seau de chaux). Pour info 1 seau de chaux en poudre = 1 seau de chaux en pâte et la pâte c’est toujours mieux si vous pouvez en avoir. Bon travail

      1. Nous avons un peu improvisé jusqu’à maintenant sans trop se documenter et on apprendra de nos erreurs, nous avons découvert votre blog après coup. J’ai bien lu plusieurs de vos articles qui sont très intéressants et clairs mais je préférais vous demander quand même, donc oui, merci beaucoup pour vos précieux conseils et le temps passé.

        Nous allons donc attendre quelques jours que toutes les fissures se créent, nous les raclerons, et si je comprend bien, nous allons refaire un mélange colature en incluant la predose ST(pour la fixation et la rétention d’eau) , la poudre de marbre ( en revanche, je n’ai pas bien compris l’intérêt de l’ajout de cette poudre) et si nous voudrions un aspect moins mat, plus “brillant” et doux au toucher, du talc, est-ce bien cela ?

        Deuxième doute : pourrons-nous simplement repasser sur les endroits raclés ou bien faut-il que nous passions sur la totalité du mur et si c’est le cas, pouvons-nous et devons-nous rehumidifier la surface déjà chaulée ?
        Mille mille mercis encore pour votre réponse.

  2. Bonjour – Merci et félicitation pour l’ensemble des renseignements offerts sur votre blog.

    Dans un climat océanien venteux et surtout très humide, j’ai refait une petite maison en ruine dont j’ai du reconstruire intégralement des parties. J’ai réalisé l’ensemble à l’identique extérieur apparent. En rajoutant isolation haute, souterraine et ouvertures.
    L’extérieur est aujourd’hui en mortier de ciment gris très solide et granuleux 0-4 de 15 à 20 MM y compris toutes les plinthes , les fausses pierres et faux linteaux de pierre de 45 à 70 MM. L’ensemble a été passé sur un gobetis de latex sinon tout dégringolait pour différente raisons .

    Afin de :

    1°) clore le problème des eaux de ruissellement qui avaient détruit les murs précédents
    2°) ne pas avoir à repeindre régulièrement mais partir sur une durée de 15 ans environ ou plus
    3°) me permettre d’user de mes capacités artistiques en finissant l’aspect des pierres avec des pigments différents en patine;

    J’envisage la formule suivante:

    1ère couche Un lait de chaud hydraulique au latex .
    2ème couche Un lait de chaud Hydraulique légèrement chargé de minéraux de quartz 0-300 millième.
    3ème couche Un lait de chaud hydraulique chargé de minéraux de quartz 0-200 millième additionné d’hydrofuge poudre que je ferrerais sans serrer seulement afin d’atténuer en ondulant la froideur du coté rectiligne du mortier qui est par endroit esthétiquement trop régulier (taloché comme réglé).
    4ème couche patine pierres seulement.

    Dernière précision l’ensemble façade serait blanc hydraulique ; toutes fausses pierres (Plinthes, tous angles, toutes ouvertures et linteaux) deviendraient d’apparence vraies aux teintes irrégulières et différentes – certaines étant faussement cassées ou fendues déjà –

    Merci d’avoir la gentillesse de me dire si mon projet de traitement extérieur est possible, si oui quelles serait les proportions des trois 1ères couches. Si non À L’ AIDE D’UNE DES DEUX CHAUX comment feriez-vous pour atteindre mes objectifs.

    Je suis parti sur un idée en Hydraulique car j’utilise souvent ce produit et je n’ai jamais eu de problème d’adhésion sur le ciment grâce à la chaux et latex.

    Merci par avance;
    Jean

    1. Pour la chaux + latex vous savez mieux que moi ! L’autre possibilité est une peinture silicate diluable avec son fixateur à volonté, pour maîtriser les effets, comme le Granital de la marque Keim. C’est durable !

  3. Bonjour,

    Une question bête concernant le savon (en tant qu’adjuvant). Quel type de savon faut-il utiliser? Savon de marseille? savon noir? savon liquide type lave-main?
    merci d’avance pour vos précisions

  4. Bonjour,
    Je souhaiterai chauler une vielle cave en brique pour l’éclaircir et l’assainir, mais j’ai un doute sur l’utilisation d’une chaux aérienne ou hydraulique sachant qu’un mur est plutôt humide.
    Merci de votre aide.

  5. merci de votre réponse, mais il ne s’agit pas d’un sol mais d’un mur donc personne ne marche dessus.
    Cordialement
    Valérie

  6. bonjour,
    Nous avons un pierre en moellon dans une cuisine que nous venons de rénover.
    Il y a des traces de ciment, les pierres sont de couleurs assez hétérogènes (du blanc au jaune).
    Quel est le lait de chaux adapté pour harmoniser l’ensemble et cacher ces traces de ciment ? (nous mettrons un pigment de façon à avoir une teinte ton pierre clair).
    merci de votre réponse.
    cordialement

  7. Bonjour,
    Permettez-moi d’attirer votre attention sur la préparation de la colature.
    Sur cette page elle est sans talc, sur la fiche technique elle est avec talc. Je ne comprends pas ?
    Merci

    1. La colature est toujours SANS talc car le talc sert seulement à faire briller le stuc et il est plus cher que le marbre. Avec du talc ça marchera quand même mais il n’apporte rien de plus. Si j’ai formulé un stuc (avec du talc) et qu’il m’en reste, je peux le diluer (ajouter de l’eau) et l’appliquer comme une colature mais si je formule directement la colature remplacez le volume de talc par du marbre “impalpable”.

  8. Bonjour, merci pour toutes ces informations et ce site mis à la disposition de tous!

    Est-il possible de badigeonner ou d’appliquer la colature sur un mur qui a été repris au mortier et tiré à la règle (mortier ciment je précise) N’y a t-il pas de contre-indications ? (je mettrais bien une photo mais je ne vois pas comment ici)
    Un amis m’a indiqué que les espagnols repassaient une couche de badigeon plus ou moins tous les ans car la couleur “passe”. Vous précisez qu’un badigeon peut bien tenir 20 ans. Qu’en est-il exactement?

    Je vous remercie d’avance.

    1. Le badigeon tient très bien sur un enduit poreux (beaucoup moins sur le ciment). En Espagne on appliquait un chaulage non adjuvanté à entre tenir chaque année, surtout sur les terrasses sans étanchéité à l’origine. Un badigeon ou collature adjuvantée tiendra de nombreuses années sur un support poreux.

  9. Tomczyk Jean-Marc

    Bonjour

    Une fois appliquée (en extérieur), sur un mur enduit au sable et à la chaux aérienne, j’aimerais connaître l’épaisseur d’une colature (2 couches) une fois terminée ?
    Cordialement

  10. Bonjour,
    j’ai encore un problème avec le dosage!
    Dans votre article sur le site “ateliers.paysage.free.fr” au debut de la page 7, 2e ligne; vous deduisez le nombre 0,25 (…… donc 0,25 litre d’eau à chaque litre de chaux éteinte puisée).je ne vois pas comment vous l’avez deduit.
    Pour le rendement de la colature au m2, dois-je retenir 500g/m2 (mon message et votre reponse du 20/02/2015 sur cette page).
    merci
    bouk

    1. Pour le rendement colature, 500g est une bonne base d’après différents avis d’artisans. Ne pas oublier que ça varie selon la porosité du support. J’avoue que je ne sais plus quel est le calcul à l’origine de la page 7 qui dit “avec 1 Kg de chaux vive dans 4 litres d’eau, on a après extinction l’équivalent de 1,2 Kg de chaux en poudre (1,2 Kg de CL 90 fait 2,4 litres en volume) pour 3,8 litres d’eau soit un rapport en volume “eau/chaux en poudre” de 3,8/2,4 = 1,6. Pour avoir un rapport eau/chaux = 2, on ajoutera donc 0,25 litre d’eau à chaque litre de chaux éteinte puisée”. Je peux l’expliquer (voir à la fin de ce texte) mais aujourd’hui je simplifie en disant qu’il y a autant de chaux dans 1 litre de chaux en pâte que dans 1 litre de chaux en poudre. Par contre la chaux en pâte donne des mortiers plus durs en surface, une prise plus rapide, une meilleure tenue dans le temps, une réaction pouzzolanique plus forte etc … on devrait considérer que ce sont 2 produits différents. Ces grandes différences qualitatives rendent les comparaison de quantités secondaires. C’est un peu un faux problème. Ce qui compte c’est la qualité du mortier final et à volume égal la chaux en pâte sera plus performante qu’une chaux aérienne en poudre.
      Explication : Dans 3,8 litres d’eau j’ai 1,2 Kg de chaux. La MVA d’une chaux aérienne = 0,5 donc 1,2 Kg = 2,4 litres. 3,8/2,4 = 1,6 < rapport en volume eau/chaux en poudre. Dans 1 litre de chaux en pâte j'ai 316 g de chaux (1200/3,8) soit 0,63 litres en volume. Si j'ajoute 0,25 litres d'eau le rapport sera de 1,25 / 0,63 = 2.

  11. Bonjour
    MERCI POUR LES INFORMATIONS ET POUR LA PATIENCE
    Avec la même formulation de base (à 1 seau d’eau près)
    1 seau de chaux
    1 seau de marbre
    1 Kg de prédose
    3 seaux d’eau

    A la page “Peinture à la chaux, badigeon et patine ”
    on formule 46 kg de badigeon en colature et on badigeonne 150 m2 en 2 couches et,
    à la page”Badigeon, eau forte, colature” (à 1 seau d’eau près en moins) c.à.d. on formule 36 kg et on badigeonne 50 m2 en 2 couches.
    Je ne vois pas de concordance entre les 150 m2 et les 50 m2, Il y a quelque chose qui m’échappe !

    1. Bonjour
      Merci pour vos relectures attentives (c’est rare). Un artisan me dit que c’est plutôt 500 g / m2 en 2 couches, donc environ 70 m2 avec 36 Kg. Je vais demander à 2 autres pour recouper leurs infos et je vous confirme. Ca varie aussi en fonction du support, plus ou moins lisse et plus ou moins poreux mais de fait ça ne peut pas être 50 ou 150 m2 avec la même quantité de colature. Merci et je vous confirme les consomations dés réception des autres avis d’artisans.

  12. Bonjour,
    Ok, c’est clair. MERCI
    1)) Et pour déterminer mes besoins en chaux aérienne?
    A la page ” Peinture à la chaux, badigeon et patine” vous parlez de la formulation de 46 kg de badigeon en colature permettant de badigeonner 150m2 en 2 couches.
    Je ne vois pas comment, à partir de la formule de base de la colature (indiqué aussi à la page “Badigeon, eau forte, colature”), je peux formuler une quantité voulue de badigeon . Par exemple comme vous l’avez proposé 46 kg pour 150 m2 en 2 couches. Comment vous avez déterminé ces 46 kg
    Autrement dit, quelle est la quantité ( kg ou l ) de badigeon en colature qu’on peut obtenir avec la formule de base que vous proposez.
    Ou bien, dois partir directement de la formule de base pour déterminer mes besoins ?
    2)) j’ai pensé à transformer ( en cas de besoins) la colature en stuc en y ajoutant les quantités adéquates de chaux, de poudre de marbre et des ingrédients ( toute proportion gardée) pour la transformer en pate onctueuse et la travailler au platoir. Qu’en pensez vous? C’est faisable ?

    1. Bonjour
      46 Kg = chaux aérienne en poudre 5Kg + marbre 10 + prédose 1 + eau 30 litres (sur un support très poreux). Si le support est poreux, mais moins, je n’ajoute que 2 seaux d’eau est le total sera de 36 Kg. Je conseille de préparer 36kg et de ne diluer que la 1ere couche (à diluer dans le seau pas dans la préparation de base, pour la garder plus couvrante en 2eme couche).
      Pour le STUC la formule est : chaux 5 Kg (1seau) + marbre 5 Kg (1/2 seau) + Talc 2,5 Kg (1/2 seau) + eau 10 kg (1 seau) + prédose 1 Kg = 23,5 kg (pour le stuc ne PAS dépasser la dose d’eau, sinon ce sera trop liquide) Je prépare une fiche conseil pour le stuc. C’est clair ?

  13. Bonjour,
    Merci pour la reponse sur les unités et la determination des % des pigments.
    Aussi sur cette page , pour la préparation de la colature, vous préconisez
    de Mélanger à sec : La chaux aérienne + le marbre + les adjuvants (ou la prédose) + les pigments.
    * si on utlise la chaux en pate , je pense qu’il faut proceder autrement. Pour les adjuvants et les pigments, je pense que ça ne pose pas de problème. on peut les melanger à sec puis en solutin qu’on ajoutera à la chaux puis melanger.
    Mais pour le marbre ça sera une grande quantité. Comment proceder ?
    Je prefere rien avancer.
    bouk

    1. Bonjour
      Avec une chaux en pâte, commencez par mélanger tout ce qui est sec (prédose et marbre). Le pigment peut se préparer à sec ou dans l’eau la veille si ce sont des oxydes (ils sont gras et on ajoute du savon pour bien les disperser). Après mélangez 1 seau de sec avec 1 volume d’eau puis ajoutez 1 seau de pâte. Ajoutez l’eau qui vous semble nécessaire (1/2 ou 1 seau en plus).

  14. Bonjour,
    La précision des unités de mesures est nécessaire comme le volume du sceau, peut être aussi une indication sur les quantités (ou pourcentage) des pigments à rappeler sur cette page (et pour toutes les pages que vous proposez)
    Mais dans tous les cas, vraiment vous avez un très bon site
    Bonne continuation.
    bouk

    1. Bonjour
      Je ne sais pas si ça répond à votre question, mais on considère que 1 seau = 10 litres (volume) et pour la chaux aérienne 10 litres = 5 Kg.
      Pour noter les % de pigment il faut se donner une règle. Celle que j’utilise (et d’autres formateurs) c’est de noter en % du poids de chaux aérienne. Exemple : Pour un stuc ou une colature préparée avec un seau de chaux aérienne en poudre (5 Kg) je note que 10% de pigment = 500 g. Si je remplace la chaux en poudre par de la chaux en pâte (beaucoup plus lourde) je note pour le chantier X que j’ai utilisé de la chaux en pâte mais pour un seau de chaux en pâte si j’ai mis 10% de pigment c’est toujours 500g.
      En fait je note le % de pigment par rapport au poids de chaux comme si c’était toujours de la chaux en poudre. C’est une règle simple, donc efficace. Elle permet aussi de se rendre compte si le même poids de pigment pour un seau de chaux en poudre ou en pâte donne des teintes proches ou non.

  15. Bonjour,
    Vous m’excuser d’insister car je veux bien comprendre. Ce que j’ai compris sur la chaux aérienne est que ( vous me corriger si je suis à coté)
    La chaux aérienne se présente sous forme :
    • (1) Chaux aérienne VIVE en cailloux (et merci de m’avoir appris qu’elle existe sous forme micronisée).
    • (2) Chaux aérienne ETEINTE en pate, ou bien
    • (3) Chaux aérienne ETEINTE en poudre, et c’est cette forme dont vous parler dans vos fiches techniques pour faire les laits de chaux (badigeon, colature, stuc …) et que la majorité des artisans utilisent dans leurs travaux.
    Tout en sachant que:
    a) La dernière forme (3) en poudre ne peut être obtenue qu’à partir de la première forme (1) en cailloux ou micronisée avec une quantité d’eau d’extinction bien déterminée, juste le nécessaire pour l’obtenir sous forme de poudre
    b) La deuxième forme(2) en pate peut être obtenue de deux manières :
    – Soit à partir de la chaux aérienne vive (1)
    – Soit à partir de la chaux aérienne éteinte (3)
    Et entre ces deux derniers (procédés), vous me conseillez (merci pour les conseils) le premier c.à d. faire la pate à partir de la chaux vive et non pas à partir de la poudre.
    Et je pense que vous seriez d’accord :
    *Que je prépare une certaine quantité de pate de chaux que je consomme aux fils des jours selon l’avancement des travaux.
    *Que je conserve les mêmes dosages en volume (comme pour la poudre) pour la colature, le stuc ….
    Mais la question est quelle est la proportion ( poids (ou volume) de chaux vive / volume d’eaux ) pour avoir la pate de chaux aérienne.
    Merci beaucoup
    bouk

  16. Bonjour,
    En attendant que je vous tranmets les photos et pour gagner sur la qualité de la chaux, je vous prie de bien vouloir me renseigner :
    A) Pour la chaux aérienne en pate
    Pour pouvoir avoir un stock de pate de chaux aérienne q ue je peux m’en servir au fur et à mesure selon besoins pour peindre ma maison (puisque ses qualités se seront meilleurs ).
    1) Est-ce que j e peux utiliser la chaux en poudre vendu en sacs( vendu en poudre ,elle est éteinte ?) . Et dans ce cas quelle est la proportion volume d’eau – volume de chaux éteinte en poudre.
    2) Il y a t-il des précautions à prendre sur la date de mise en sac de La chaux éteinte en poudre.
    J’ai pensé à la poudre à la place de la chaux vive pour éviter le tamissage
    B) Pour le badigeon amélioré (avec charge de poudre de marbre), j’entends la colature et le stuc
    Lorsqu’on parle de poudre de marbre impalpable ou fine ou moyenne, ( vous m’excusez) c’est trop qualitatif. La poudre est vendue selon une granulométrie précise (en micron ou en mm). Certes, je pense que la granulométrie est choisie selon l’application c. à d. selon ce qu’on veut . mais pour le stuc et le badigeon amélioré qu’elles granulometries sont consellées ?
    Merci
    Inalij

    1. Bonjour
      Pour avoir toutes le propriétés de la chaux en pâte il faut éteindre une chaux vive. (voir article)
      Une chaux en poudre mouillée ne donne pas une bonne chaux en pâte. Pour éviter le tamisage le mieux est de se procurer la chaux vive micronisée de Saint Hilaire. Granulo pour le stuc ou la colature : Poudre “impalpable” signifie qu’on ne sent PAS de grain entre les doigts, seulement une farine.

  17. bonjour, merci pour la réponse.
    comme je vous l’ai dit j’ai une grande surface à peindre (1200 m2) et je suis obligé de faire une estmation. et les chiffres que j’ai avancés ,je les ai pris sur vos fiches techniques. evidemment ce sont des valeurs moyennes mais est ce que je peux prendre ces valeurs comme reference au moins pour estimer la quantité de chaux dontl’excedent peut etre conserver pour une autre fois.
    inalij

    1. Bonjour
      Pour vous répondre il faudrait me résumer le type de support (avec si possible une photo avec un doigt dans le cadrage pour voir la texture du support, est il poreux (l’eau rentre ou coule dessus ?) et la technique envisagée (badigeon ou stuc ou enduit fin ?
      merci

  18. mon dernier message d’aujourd’hui à 19h 28 concerne une correction sur mon avant dernier message d’aujourd’hui aussi à 19h 16. ce dernier est deja affiché (en soumission )en dessous du votre

    inalij

    1. Je pense que 1 litre par m2 par couche est une base fausse. Sur 1 mm d’épaisseur on aurait 1 litre de stuc mais un stuc ne fait jamais 1 mm. Même pas 1/4 de mm donc la surface couverte avec 1 litre est au oins de 4 m2.
      Avec l’enduit fin par contre le grain est plus gros donc la couche peut consommer presque 1litre / m2/couche.
      Ce sont des repères. Le support, pls ou moins lisse va aussi jouer sur la consommation. La seule solution c’est TOUJOURS de tester à petite échelle (quelques m2) pour avoir un ratio en fonction du support.

    1. Bonjour
      Votre message semble répondre à un autre message que je ne trouve pas sur la page de l’article “badigeon eau forte …” Où puis je le trouver ?
      Merci

  19. Bonjour,
    Comme vous savez, je vous ai écrit depuis avril dernier. Je ne vous cache pas que je n’ai rien fait sur mon projet. J’espère me lancer dans la réalisation de mon projet assez prochainement. Mon projet a grandi et j’espère que je surmonterai les problèmes d’approvisionnement surtout de la caséine laitière
    Toute extension faite j’aurai à peindre environ 1200 m2 (moitié int,moitié ext). on y reviendra.
    Toutefois, il ya des choses que je n’arrive pas à comprendre sur les fiches techniques. ci-dessous indiquées :
    Dans la fiche technique stucs
    LE STUC LISSÉ de la formule à 1 agrégat
    Avec : 10 l + 10 l + 10 l + 1 kg (predose) + pigment
    On obtient 20 litres de stucs. La consommation moyenne est de 1 litre par m2 et par couche.
    DONC AVEC LES 20 L (citéesci-dessus), ce qui correspond à 1 kg de prédose ON REALISE 20 M2 de stuc lissé (20/1=20)
    Puis
    PRODUITS pour le chantier
    Avec une prédose “ST” de 1 Kg on réalise 10 m2 de stuc lissé
    Normlement, 20 M2 ET NON 10 M2 COMME INDIQUE CI-DESSUS
    Je ne comprends pas
    De même pour la fiche enduits
    ENDUITS FINS et enduits de finition : Formule à 1 agrégat
    Avec : 10 l + 10 l + 10 l + 1 kg (predose) + pigment
    On obtient 20 litres de mortier. La consommation moyenne est de 1,2 litre / m2 / couche.
    DONC AVEC LES 20 L (citéesci-dessus), ce qui correspond à 1 kg de prédose ON REALISE 16,66 M2 de stuc lissé (20/1,2=16,66)
    Puis
    5 – CALCUL DES PRODUITS pour le chantier
    Avec une prédose “ST” de 1 Kg on réalise 9 m2 d’enduit fin en 2 couches ou 18 m2 si une seule couche suffit.
    Normlement, 16,6 M2 ET NON 18 M2 COMME INDIQUE , CI- DESSUS
    Pouvez-vous me renseigner
    Merci
    inalij

  20. Bonsoir,
    Au rayon des “j’ai lu que”, j’ai lu que il était d’usage fréquent (au XVIII, XIX) d’adjuvanter aussi ses badigeons en utilisant de l’eau dans laquelle avait bouilli des pommes de pin (et approchant).
    Le souci étant au moins que ces auteurs (trois à retrouver sur Persée et Google-books) semblent se citer mutuellement avec comme point commun de ne jamais donner de recette précise (ni combien de pommes, ni à quel stade, ni combien d’eau).
    Et partant de ne pas en décrire l’utilité ou le fonctionnement supposé.
    L’alun est aussi très souvent cité (anciens comme nouveaux) mais son usage commence à me laisser dubitatif, une fois il est donné pour stabiliser les pigments, une fois pour lier la matrice cristalline et éviter le farinage, une fois comme durcisseur des protéines (caséines ou albumines) lorsqu’elles sont ajoutées. Alors quid ?
    Et à propos de la caséine, une de ses propriétés – l’hygroscopicité – semblait l’exclure pour un usage extérieur.

    1. La peinture à la caséine n’est pas pour usage extérieur. Mais si l’on prend de la caséine comme adjuvant dans une peinture à la chaux, cette caséine (pourvu que l’on prend le bon type!) se transformera en caséinate de calcium. J’ai une fabrication artisanale d’une peinture chaux-caséine, dont l’application extérieure se fait depuis presqu’une vingtaine d’années déjà, et ma formulation tient bien. Même dans les situations infavorables en humidité chez ns en Belgique.
      Si qqn serait interessé à acheter de la caséine, je suis obligé d’en acheter au minimum une palette à la fois, donc je peux en offrir à un prix raisonnable. Actuellement j’ai une caséine acide allemande d’une qualité alimentaire (les qualités techniques étant trop souvant contaminés avec des métaux lourds, comme du cadmium! brrr).
      Quant à la chaux aérienne éteinte en poudre, je trouve très important qu’elle soit très fraiche, sinon on risque une carbonatation partielle de la poudre (que l’on ne remarque pas du tout facilement) et donc une perte de la capacité liante de cette chaux.
      En Belgique ns avons un des calcaires plus pure de l’Europe (pas grâce à ns, c’est la nature…) donc une production de plusieurs chaux aériennes exceptionnelement pures. Dans ma production j’utilise une chaux superfine, du type dite “fleur de chaux”.
      Mais partir d’une chaux vive est encore meilleure, sauf c’est une action assez dangéreuse et il faut procéder avec vraiment beaucoup d’attention et de précaution. Un oeil perdu par ex. sera perdu pour la vie…
      (Un blog interessant, je dois l’avouer!)

      1. Bonjour et merci pour votre commentaire. J’ai 2 questions. Avez vous essayé la formule de la colature et pour adjuvanter utilisez vous la formule “zéro cinq un deux” de la prédose ou quelque chose d’approchant ?
        Merci pour vos avis. J’apprécie toujours les remarques basées sur l’expérience.
        A votre avis, quels sont les sujets qui méritent des éclaircissements, des compléments ou de nouvelles fiches conseil ? (dans mes domaines de compétence) Merci

    1. Bonjour
      Oui vous pouvez mais il accrochera bien seulement si le support est très poreux.
      Si vous voulez éviter les adjuvants dérivés du pétrole, vous pouvez quand même mettre du savon, de la caséine et du méthyle cellulose (ou pas de méthyle si le temps ne fait pas sécher le badigeon. Pas de vent, pas de soleil)

  21. majorelle86

    bonjour,
    j’envisage de passer un badigeon de chaux dans ma “cave” pour l’éclairer mais quelques questions se posent à moi :
    tous les tuyaux d’eau sont le long des murs, faut-il que je les protège ou la chaux a t-elle une action corrosive ?
    un pan de mur est “humide” cela l’assèchera-t-il ?
    quel est le dosage à utiliser ? le nombre de couches ? devrais-je humidifier auparavant les murs ?
    merci de vos conseils

    1. Bonjour
      La chaux vive attaque la peau mais elle n’attaquera pas les tuyaux. Elle n’asséchera pas les murs et le badigeon ne tiendra pas longtemps sur la partie humide. Sur les parties humides le mieux est de faire un enduit à base de chaux NHL 3,5 et de briques pillées de type “Tennisol” ou mieux des terres cuites concassées (vieilles tuiles). Vous pouvez humidifier un peu la veille si c’est sec, sinon mettre plus d’eau dans le badigeon. Je conseille la formule “Colature” avec de la poudre de marbre et comme adjuvants la prédose (voir mes fiches conseil) qui est un produit sain, sans résines. Vous pouvez m’envoyer des photos à (mais laissez vos textes sur le blog pour qu’on puisse suivre les échanges).
      Merci

  22. Bonjour,
    Une petite remarque sur la dernière photo de cette page: vous dites”Cet effet résulte d’un badigeon uni….”. qu’est ce que vous vous voulez dire par “badigeon uni”.
    merci
    inalij

    1. Bonjour
      Par badigeon uni je veux dire sans nuances marquées. C’est pour souligner que les nuances visibles sur la photo proviennent uniquement de la patine ton sur ton posée au spalter sur ce badigeon. Le badigeon a toujours des nuances légères mais elles ne sont pas visibles sur une photo.

  23. Allez aujourd’hui, je passe la 2eme couche.
    Ce qui me fait réaliser que l’article ne précise pas le temps d’attente entre chaque couche. J’ai lu ailleurs 24H, vous confirmez? (bien que certaines zones de ma facade ne soient pas encore sèches de visu).
    D’autre part, est-ce que j’arrose le support pour la deuxieme couche?

    1. On peut passer la 2eme couche dés que la brosse ne dilue plus la précédente. On peut pulvériser de l’eau s’il fait trop chaud. On n’arrose pas un badigeon mais on arrose les enduits entre les couches.

      1. J’ai fais une 10aine de m² pour l’instant. Ca sèche vite par endroits, au bout de 10mn ça s’éclaircit…Je crois que je vais arroser brièvement le reste pour éviter que ça ne sèche trop vite.

        1. Je profite de la pause de midi pour quelques petites remarques:
          Arroser, même légèrement, n’est pas une bonne idée: ça fait ressortir les laitances de chaux.

          La deuxième couche masque bien les petites fissures (mais pour combien de temps, suspense ;))

          1. La pluie n’a pas tardé à venir me contrarier….En pleine nuit alors qu’il ne devait pas pleuvoir – merci meteofrance-, j’ai du me lever pour aller bâcher…A priori c’est bien protégé, je croise les doigts 😉 dès que je peux, je mettrai des photos. Merci en tous cas pour le soutient que vous m’avez apporté durant ces 2 jours de boulot!

          2. Merci d’avance pour les photos (si possible une de l’ensemble et une autre macro avec le doigt pour voir la différence entre une et 2 couches). Faites moi aussi vos remarques sur ce qui est plus évident maintenant après l’avoir fait (par rapport à l’idée que vous en aviez avant de le faire). merci

          3. Voilà déjà une photo que j’ai eu le temps de prendre avant la pluie, séchage en cours:
            http://www.drimmo.com/perso/facade2.jpg

            Pour les remarques, je dois dire que tout s’est bien passé, pas de mauvaise surprise, et c’est rare 😉 Quelques précisions:
            Pur le pinceau j’ai acheté une brosse à enduit tout prêt vendus en GSB. Bien epaisse, largeur 120.
            Pour le temps d’application, c’est assez rapide: je dirais 1H/10m²/couche en comptant large
            J’avais peur au départ que la chaux n’opacifie pas bien vu les différences de couleur du support: je confirme qu’avec 1 chaux / 2 eau et 2 couches c’est bien couvrant.
            Reste la crainte que l’accroche ne soit pas bonne et ne résiste pas aux pluies répétées de cet hiver…Mais ça, y’a plus qu’à attendre!

          4. Pour la consommation, finalement il y a en gros combien de m2 pour quelle quantité préparée ?
            Si c’est possible, on pourrait refaire le point sur la tenue dans 1 an.
            Quand on passe 4 saisons sans problème, en général c’est bien parti … pour rester.

          5. OK pour faire un point dans 1 an, si vous y pensez avant moi (j’ai une mémoire parfois taquine ;)) n’hésitez pas à me faire signe par mail.
            Mais de toutes façons, j’ai d’autres façade à faire, je n’en ai pas fini avec votre fiche que j’ai trouvé plus détaillée et plus fiable que les autres.

            Alors pour la conso:
            Avec 2L de chaux + 4L d’eau + pigments + acrylique, j’ai fait pile poil 1 couche de 30m². Je conseillerais de prévoir plus large (ce que j’ai fait pour la 2eme couche). A noter que le support était déjà assez lisse; mais en contrepartie, il buvait beaucoup. Je pense donc qu’on peut considérer ma consommation comme une bonne indication…Et on rejoint à peu près les estimations de votre artisan.

          6. merci pour les photos, je vais m’en servir pour résumer ce chantier. Vous me demandez si le reste de la préparation se conservera dans un bidon étanche, en vue d’eventuelles retouches et donc s’il est possible de conserver un tel mélange, et de faire des retouches locales sans trop que ça se voit ?”.

            Quand il n’y a pas d’acrylique c’est sur, le badigeon se conserve au moins 100 ans si l’eau ne s’évapore pas !
            L’acrylique seul ne se conserve pas mais dilué dans l’eau rendue basique par la chaux il devrait se conserver … comme dit Fernand “un certain temps”.
            Pour les retouches, j’ai moi-même eu un tag sur ma façade. J’ai poncé avec un papier de verre (fonction anti-tag du badigeon !) et j’ai repassé le mélange que je gardais depuis 2 ans (on doit seulement se souvenir où on l’a rangé et mélanger la pâte déposée avec l’eau qui est au dessus).
            Résultat aucune trace de reprise.

            Précaution à prendre : Ne pas appliquer la reprise sur un support chaud. Mouiller le support le soir et appliquer le lendemain matin avant le soleil. Si le badigeon sèche trop vite il sera plus clair que le badigeon d’origine.

          7. excusez moi, je n’avais pas vu la réponse. Bon, je peux dormir sur mes 2 oreilles quant à la conservation de ma mixture 😉

            Il pleut tout les jours en ce moment, donc la façade reste bâchée pour l’instant…J’ai hâte d’enfin la voir terminée et sèche

  24. merci pour la photo en gros plan. On voit bien l’effet de la 1ere couche. Si vous prenez la même après la 2eme couche on verra bien la différence.
    Bon travail !

  25. Au vu de la photo, ça n’a pas l’air mal. Pouvez vous prendre une photo proche, cadrée sur 20 cm de large, avec un doigt pour avoir une échelle et voir la texture de la colature ?

    1. Voilà chef 😉
      http://www.drimmo.com/perso/facade.jpg

      J’ai pris volontairement la photo sur un endroit accidenté, avec quelques petits trous, et on voit le marron en transparence derrière (puisque je n’ai mis pour l’instant que la première couche)

      Au fait, c’est un badigeon et non une collature faute d’avoir trouvé de l’impalpable.

      La recette:
      -1 vol de chaux en pate
      -2 vol d’eau
      -200g de pigment/kg de chaux
      -0,05 vol d’acrylique

  26. Au vu des photos je me dis qu’un brossage préalable à sec avec une brosse métallique aurait l’avantage de créer une accroche mécanique de la colature. C’est toujours préférable à l’accroche par collage d’une résine qui se décolle quand elle veut. Brossage + dépoussiérer + humidifier (sans excès) + applique la colature en 2 couches. Si le support est très poreux je conseille de diluer la 1ere couche (par exemple mettre 2 litres de colature dans 1 seau et ajouter dans le seau 1 à 2 litres d’eau). Ne pas appliquer quand il y a du soleil. Appliquer avant que le soleil n’arrive (pas sur une façade chaude qui va sècher trop vite la colature). Pulvériser un peu aussi après si ça semble avoir séché trop vite.
    Application évidemment à la brosse à badigeon en soie (ni rouleau ni brosse à coller le papier peint). La brosse à badigeon ça va vite et ça pose beaucoup plus de produit que le rouleau.

    1. J’ai pu finir la première couche avant l’arrivée du soleil. Le support est bien poreux, effectivement ça boit pas mal, j’ai arrosé régulièrement la zone que je m’apprêtais à badigeonner.

  27. A mettre une résine, autant en utiliser une bonne et en mettre moins. Par exemple le DISBON 760 (se trouve chez les Produits Chimiques du Midi).

  28. Selon le conservatoire des ocres (okhra) à roussillon (84), on peut mettre l’acrylique à hauteur de 10 à 20% du volume de chaux aérienne en pate.

    1. 10% me paraît déjà beaucoup trop. Ca représente 1 litre de résine pour 1 seau de chaux. Ce n’est plus un badigeon. On risque de créer un film étanche qui va s’écailler comme une peinture. Dans tous les cas il faut éviter le Sikalatex trop filmogène. Je crois que le Rhodocim est préférable (une résine d’accroche non filmogène). Dans tous les cas je ne dépasserai pas 5%.

    2. OK je vais partir sur 5% en espérant que ce soit suffisant pour la tenue et la durée du badigeon. Je n’ai ni sicalatex ni rhodocim: j’ai acheté une bouteille sans marque (auprès du comptoir des ocres à apt (84) sur laquelle il est simplement écrit: “liant acrylique”

  29. Merci beaucoup la la rapidité de la réponse!
    J’ai acheté tout à l’heure les ingrédients, j’envisage de me lancer demain, mais j’hésite encore quant à l’utilisation de poudre de marbre…Je n’ai pas trouvé l’impalpable, mais j’ai un reste de poudre de marbre grain “moyen” que j’avais utilisée pour un tadelakt. Est-ce que je peux la rajouter, ou bien il vaut mieux me contenter d’un badigeon sans marbre et donc un peu moins couvrant?
    Merci

    1. Je me permets encore une dernière question, en espérant en pas trop abuser:
      Sur les conseils du conservatoire des ocres à Roussillon (84), je vais mettre un peu d’acrylique dans le mélange, pour m’assurer une plus grande durabilité qu’avec des liants plus naturels (c’est un peu dommage, mais je reprends cette facade pour la 2eme fois et ne veux pas prendre le risque de devoir le faire une 3eme ;))
      Simplement, je ne sais pas trop dans quelle quantité mettre l’acrylique?

  30. Super cette fiche! bien détaillée, je vais m’en servir pour ma facade merci!!!
    Une info me rendrait bien service: Quelle surface moyenne peut-on espérer couvrir avec une collature préparée sur la base de 10L de chaux par exemple? et de manière plus générale il serait utile de préciser pour chaque type de lait de chaux la surface couverte.

    1. Bonjour

      Un artisan me dit qu’avec

      1 seau de 10 litres de chaux aérienne (= 5kg de CL90)
      + 1 seau de marbre (=10kg de marbre impalpable)
      + 20 litres d’eau (= 20 Kg)
      (+ adjuvants et + pigments)
      soit environ 35 Kg, on peut peindre en 2 couches environ 50 m2.
      Ca varie en fonction du support (+ lisse et moins poreux = consommation moindre / plus grenu et plus poreux = consommation plus importante)

Pour saisir un commentaire c'est ici ⤵

%d blogueurs aiment cette page :